Connect with us

Afrique

Croissance bleue en Afrique : Quelle place pour la pêche artisanale et les communautés côtières ?

Publié

Le

Plus de 70 % de la surface du globe est recouverte d’eau. Dans le monde, la moitié de la population vit à moins de 60 kilomètres de la mer, et les trois quarts des grandes villes sont situées sur les côtes. L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) estime que le poisson apporte à 4.2 milliards d’individus plus de 15 % des protéines animales qu’ils consomment. Au cours de la dernière décennie, l’Afrique a enregistré une croissance de son PIB de 4 % à 5 %, malgré un environnement international économique et financier difficile. Ainsi, l’économie bleue en Afrique concerne toutes les étendues d’eau et les rives, qu’il s’agisse des océans et des mers, des côtes, des lacs, des cours d’eau et des nappes souterraines. Pour parler des tenants et des aboutissants de ce concept « économie/ croissance bleue », notre rédaction est allée à la rencontre du président de la Confédération africaine des organisations de la pêche artisanale (CAOPA), Gaoussou GUEYE. Entretien !

Ces dernières années, les concepts ‘’économie bleue et croissance bleue’’ reviennent dans les discours lors des rencontres entre les acteurs d’organismes internationaux ou régionaux. C’est quoi ces concepts et leurs motivations ?

Gaoussou GUEYE: A mon avis, on a deux instruments pour le développement de la pêche artisanale en Afrique, les Directives Volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale et le Cadre Politique de la stratégie de réforme de la pêche et de l’aquaculture en Afrique.

Maintenant, il faudra poser une bonne base de politique de développement et de mise en œuvre de ses instruments. On nous parle de deux concepts: économie bleue et croissance bleue dans un contexte de raréfaction de la ressource halieutique, de surexploitation, une prolifération des industries de farine de poisson et de la pêche INN de mauvaises orientations politiques, et cela nous inquiètent.

La pêche artisanale Africaine à un potentiel considérable pour contribuer à l’élimination de la pauvreté, la sécurité alimentaire, l’emploi et l’économie de nos pays, pour une pêche artisanale durable. Et il faut que ça soit axé sur une approche des droits de l’homme.

Gaoussou Gueye, CAOPA

Spécifiquement, en Afrique, on parle de la stratégie de l’économie bleue. A votre entendement, c’est quoi cette stratégie ?

Pour répondre à cette question, je voudrais faire référence à une note conceptuelle du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) qui a organisé du 3 au 5 juin 2019 un atelier d’élaboration d’une stratégie de l’économie bleue pour l’Union africaine. Celui-ci sera mis en place avec l’assistance technique de l’Agence de développement de l’Union africaine et du NEPAD. La CAOPA a été invité à participer à l’événement mais malheureusement on n’a pas pu participer à cette importante rencontre.

La note conceptuelle fournit à la fois le contexte et les motivations pour le développement de cette stratégie de l’économie bleue. La conférence internationale sur l’économie bleue durable, tenue à Nairobi en novembre dernier, a été un événement important.

Ce document décrit la «croissance bleue» comme une opportunité importante pour l’Afrique. Il est complètement dépourvu de toute réflexion critique. Il ne reconnaît pas que ces concepts sont sujets à des critiques et que les politiques de croissance bleue génèrent plusieurs risques importants pour les communautés de pêche côtière.

Vous parlez des risques pour les communautés de pêche côtière. Quels sont ces risques et pourquoi vous vous préoccupez autant ?

En fait, plusieurs réunions et publications ont mis en évidence de graves lacunes dans les stratégies de croissance bleue classiques. Tel était également le message donné lors de la manifestation parallèle organisée par CAOPA, CFFA_CAPE et SSNC lors de la conférence de Nairobi.

De nombreuses organisations de la pêche artisanale partagent certaines des préoccupations énumérées en tant que motivations pour une stratégie d’économie bleue. La pêche côtière en Afrique est confrontée à un avenir difficile et incertain causé par:

• Les impacts du changement climatique
• Les impacts de la pollution toxique en mer
• Diminution des stocks de poissons causée par une pêche non durable et d’autres facteurs de stress environnementaux
• Pauvreté et manque d’investissement dans les communautés côtières.
• Concurrence accrue de la part d’autres secteurs commerciaux, notamment la production de farine de poisson, l’aquaculture, les industries extractives, la navigation et les activités minières offshore et côtières.

Cependant, le concept de « croissance bleue » proposé semble très peu susceptible de résoudre ces problèmes, et il est très probable qu’il aggravera la situation.

Quelles différences faîtes-vous entre croissance économique accélérée et durabilité ?

La note conceptuelle souligne un engagement général en faveur d’une « économie bleue durable », tout en étant orientée vers une croissance économique substantielle par le biais de nouveaux investissements dans les industries maritimes et côtières. Il semble y avoir une attitude très large vis-à-vis de ces industries et la note conceptuelle mentionne l’exploitation minière, la marine marchande, le tourisme international, l’aquaculture et les infrastructures portuaires. En outre, la note conceptuelle fait référence aux objectifs ambitieux énoncés dans le plan d’action décennal de l’Agenda 2063 existant, à savoir:

• Le volume du commerce intra-africain, en particulier de produits à valeur ajoutée agricole, devrait tripler d’ici 2023.
• Des pôles d’industrialisation régionaux liés au marché mondial les chaînes de valeur et les échanges de produits seront en place d’ici 2023.

De toute évidence, il est nécessaire de veiller à ce que les industries côtières et maritimes aident à élever le niveau de vie des citoyens africains. Cependant, il y a une contradiction fondamentale à dire que la croissance de l’économie bleue sera durable. Il n’y a aucune raison de croire que cela pourrait être.

Il y a forcément des impacts, mais quelles mesures préconisez-vous en faveur de la résilience ?

La croissance économique accélérée des entreprises marines et côtières augmentera les émissions de carbone et appauvrira davantage les écosystèmes marins qui soutiennent la pêche. Toute stratégie africaine sur la croissance bleue doit reconnaître cette réalité. Des organisations telles que le NEPAD devraient donc encourager des discussions informées sur les compromis écologiques découlant des investissements dans bon nombre de ces secteurs bleus, ainsi que sur les progrès accomplis en ce qui concerne l’augmentation considérable du commerce et de l’industrialisation. Ceci est impératif pour les pêcheries artisanales qui comptent parmi les plus vulnérables aux futurs changements climatiques, à la pollution et à la perte d’habitat. Le concept de durabilité doit être pris plus au sérieux.

Quelle est la place que la stratégie de croissance bleue africaine réserve à la pêche artisanale et quelle est votre position vous professionnel de ce secteur?

La pêche artisanale est souvent négligée dans les visions de l’économie bleue / de la croissance bleue. Cela ne semble pas être le cas de l’Initiative pour la croissance bleue de la FAO, mais cette plainte a été déposée contre la stratégie de croissance bleue de la Commission européenne (CE). Pour la CE, la croissance bleue est axée sur les secteurs susceptibles de générer d’importants bénéfices et, par conséquent, attrayants pour les investisseurs privés. Les Directives Volontaires visant à assurer la durabilité de la pêche artisanale ne sont généralement pas «favorables aux investisseurs».

On ne sait pas comment la stratégie de croissance bleue de l’Union africaine sera élaborée. Cependant, nous ne partageons pas la note conceptuelle quand il déclare: « L’engagement croissant par nombreux pays africains à développer leurs économies bleues de manière responsable et intégrée a été clairement mis évidence par leurs engagements remis lors la récente Conférence durable économie bleue.»

La Conférence de Nairobi a été remarquable pour son incapacité à inclure un représentant des acteurs de la Pêche Artisanale dans les principaux événements du panel. Aucun des engagements pris par les États africains n’a reconnu l’importance de la pêche artisanale ou proposé de les soutenir, y compris les femmes engagées dans le secteur de l’après-récolte.

En effet, la note conceptuelle de cet atelier ne fait pas de distinction entre la pêche industrielle, la pêche à grande échelle et la pêche artisanale côtière. Le secteur de la pêche artisanale, bien qu’il soit le secteur de l’économie bleue le plus important en termes de moyens de subsistance et de sécurité alimentaire, est invisible.

Si l’on veut mettre en place une stratégie d’économie bleue responsable et intégrée, il faut accorder une importance primordiale à la pêche artisanale. Le secteur convient parfaitement, étant donné qu’il a une empreinte carbone relativement faible, qu’il emploie un grand nombre de personnes et produit des aliments principalement pour la consommation locale parmi les personnes menacées d’insécurité alimentaire.

La « croissance bleue » bénéficiera-t-elle aux communautés côtières?

La note conceptuelle suggère que la croissance bleue profitera aux communautés côtières les plus pauvres. Ces groupes devraient être considérés comme les principaux bienfaiteurs de toute stratégie d’économie bleue. Cependant, il n’y a pas de stratégie pour que cela se produise. Ceci est important étant donné que la plupart des secteurs de «l’économie bleue» mis en avant pour les investissements et la croissance ne bénéficient généralement pas aux communautés les plus pauvres. Souvent, le contraire est le cas.

Lire la suite sur Impact Afrique

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.