Connect with us

Conakry : Un collectif d’ONG dénonce les conditions de détention d’une jeune fille en état de famille

Publié

Le

Accusée pour des faits de braquage à mains armées, Diaraye Baldé est incarcérée depuis novembre 2017 à la maison centrale de Conakry. Des activistes de la société civile dénoncent les conditions de sa détention.

Dans un document de plaidoyer transmis ce mercredi 23 mai, le Collectif d’associations engagées pour le respect des droits des femmes enceintes incarcérées, attire l’attention des autorités compétentes, à savoir les ministères de la justice, de la citoyenneté et l’Institution nationale indépendante des droits humains (INIDH) sur les conditions de détention de la fille, qui serait enceinte de 8 mois.

« En tant que collectif citoyen, nous nous devons de réagir à ce sujet et demander un aménagement de ses conditions afin de lui garantir une situation de grossesse décente et un minimum de sécurité pour accueillir cet être vulnérable qui jusque-là n’est coupable de rien. Un accouchement en prison démultiplierait l’angoisse de la future maman (isolement, peur d’accoucher seule…).

« Au-delà de toutes les autres questions dont cette situation peut faire l’objet, notre question première est de savoir s’il est normal, équitable et juste que cette jeune fille, inculpée pour des faits qu’elle réfute et de surcroît en situation de grossesse soit gardée dans ces lieux. Nos textes de lois ne protègent-ils pas nos citoyens dans cette situation ? – Article 1013 du code de procédure pénale : Lorsque doit être mise à exécution une condamnation à une peine d’emprisonnement concernant une femme enceinte ou allaitant un enfant de moins de 1 an, le procureur de la République ou le juge de l’application des peines s’efforce par tout moyen soit de différer cette mise à exécution, soit de faire en sorte que la peine s’exécute en milieu ouvert. »

« Nous constatons également qu’au cours de ces 8 derniers mois, à aucun moment la présomption d’innocence qui est l’un des principes de droit de notre pays n’a prévalu ».

Par ailleurs, le collectif plaide pour la mise en application des lois de protection de ces femmes en milieu carcéral, en œuvrant dans le suivi médical des femmes enceintes et la protection de personnes en état de vulnérabilité.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.