Connect with us

Conakry: Une fillette de 2 ans violée, son bourreau libéré

Publié

Le

Une fillette de 2 ans a été violée il y a environ 3 semaines par un jeune homme âgé d’une trentaine d’années à Kakimbo situé dans le quartier Kipé, dans la commune de Ratoma. La petite MB a été soumise à un examen médico-légal qui a attesté l’agression sexuelle dont elle a été victime. Son bourreau mis aux arrêts quelques jours après et déposé au commissariat de Ratoma a été libéré sans jugement. Les parents de la victime et des membres d’une ONG de défense des droits humains dénoncent une légèreté des autorités policières et réclament justice dans cette affaire.

 

 

La fillette jouait avec d’autres enfants près de la maison familiale lorsqu’elle a été dérobée par un jeune de la trentaine qui l’aurait violée. La fillette est revenue à la maison après quelques moments d’absence, couverte de sang. Aissatou Barry, la mère de la victime qui était partie vendre au marché Koloma, a aussitôt été interpellée par l’entourage. Elle a relaté le déroulement des faits: ‘’ C’était un mercredi, je l’ai laissée ici en train de s’amuser, je suis allée au marché parce que ce n’est pas tous les jours que tu peux emmener ton enfant avec toi surtout s’il y a le voisinage. Vers 14h elle jouait ici derrière la maison avec les enfants du voisinage. Peu de temps après elle est revenue, elle a voulu manger mais elle n’a pas pu, elle a voulu uriner, elle n’a pas pu. C’est là que mes voisins ont constaté que du sang coulait sur ses jambes. N’ayant pas constaté de blessure sur elle, ma petite sœur l’a posée sur le lit, a écarté ses jambes et a constaté un écoulement de sang abondant. Ils m’ont appelée et m’ont dit qu’ils vont l’emmener à l’hôpital de Ratoma et de les rejoindre là-bas. Je suis partie en courant et en larmes. Les médecins lui ont fait des soins et ont stoppé l’hémorragie, j’ai payé de l’argent, nous sommes rentrés.’’

Le jour de l’acte, une fille du voisinage avait remarqué le présumé violeur dans les parages. Elle l’a décrit à la famille. Quelques jours après, le bourreau est revenu sur les lieux et a tenté de violer une autre jeune fille, cette fois-ci de 15 ans avant d’être appréhendé par les voisins, a expliqué Aissatou Barry, mère dela petite MB : ‘’Une de nos voisines nous avait déjà décrit le portrait du jeune avant qu’il ne revienne ici un jour vers midi sur le même lieu où il a violé mon bébé pour tenter de tomber sur une autre encore. Il est venu s’asseoir là-bas et appelé une fille de 15 ans. Lorsque celle-ci s’est approchée de lui, il a baissé son pantalon et a voulu se jeter sur la fille. Elle a crié au secours, nous sommes sortis, les jeunes du quartier l’ont arrêté. C’est un fait nouveau dans ce coin ici et c’est depuis qu’il a commencé de fréquenter le quartier parce que selon les infos il n’était pas ici avant. Les jeunes ont commencé à le battre, j’ai demandé à ce qu’il soit conduit chez le chef de secteur, il a refusé et nous a dit qu’il préfère aller nous montrer où loge ses parents.’’

La famille de la victime et ses voisins se sont rendus dans la famille de Lansana Camara, le présumé violeur. Aissatou Barry dit qu’elle a aussitôt été frappée par les propos de la maman de Lansana qui a fait des réprimandes à son fils : ‘’ Dès que nous sommes arrivées, on a expliqué ce pourquoi nous sommes là. Sa maman a commencé à pleurer. Elle nous a elle-même dit que dès qu’elle a entendu parler du cas, elle a demandé à son fils si ce n’est pas lui l’auteur ; qu’elle a tout fait pour savoir si c’est lui mais que celui-ci a nié. Pourquoi allait-elle secoué son fils si celui-ci n’est pas un habitué des faits ?’’

Lansana Camara dont le père est un Lieutnant colonel de police a refusé de répondre à la convocation du chef de secteur. La famille de la victime a donc procédé à un examen chez le Pr Hassane Bah, médecin légiste à Ignace Deen et a déposé une plainte contre le jeune au niveau du commissariat de Ratoma qui l’a arrêté et mis en détention provisoire pendant deux jours avant de le libérer sans jugement et sans l’aval de la famille de la victime. Aissatou Barry se dit déçue de la décision du commissaire de Ratoma: ‘’Nous sommes allés à Ignace Deen soumettre ma fille à des examens médicaux qui ont certifié qu’elle a bel et bien été violée. Nous sommes venus au commissariat avec toutes les ordonnances et le rapport médico-légal en plus de la plainte. Ils sont allés chercher le jeune et nous ont fait croire qu’ils allaient s’en occuper. Mais dès que le papa du jeune est arrivé, qui est apparemment un policier, le commissaire nous a demandé de négocier avec le papa du violeur comme il l’a demandé. Il s’est engagé à payer tous les frais et à soigner la petite. Mais le commissaire relâche le jeune sans même nous demander ou que même le monsieur prennent la peine de payer les produits de la petite. C’est un coup entre eux là-bas.’’

Interpellé sur le cas, Ibrahima Diallo, le président de l’ONG « Protégeons les droits humains » s’est aussitôt saisi du dossier : ‘’ Je me suis rendu au commissariat lundi dernier avec les documents médicaux que m’ont remis la famille. J’ai rencontré le commissaire qui gérait le dossier et qui semble être le représentant de l’OPROGEM dans ce commissariat. Celui-ci m’a présenté la commissaire urbaine qui m’a demandé de faire une notification par écrit pour obtenir les informations que je veux. Ce qui fut fait, mais après ils sont toujours réticents. Ils m’informent que le présumé violeur est le fils d’un collègue à eux, qu’ils vont se concerter pour voir dans quelles mesures ils pourront me recevoir les prochains jours. J’ai aussitôt compris le motif de la libération du jeune et de leur refus de collaboration…’’

Les parents de la petite MB se disent prêts à aller n’importe où pour que justice soit rendue à leur enfant. Ils demandent cependant l’appui des organisations de défense des droits de l’homme et de la société civile. Aux dernières nouvelles, le commissariat urbain de Ratoma aurait décidé de transférer le dossier à la DPJ. Ce qui reste à vérifier. En attendant, le présumé violeur est libre dans la nature et les parents de la petite attendent avec impatience que justice soit faite pour leur fille.

A suivre…

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.