Connect with us

Aboubacar Soumah: « Si à la date du 25 mai rien n’est fait, nous allons déclencher une grève »

Publié

Le

Le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée ( SLECG) a tenu son assemblée générale ce mardi 15 mai. Devant plusieurs enseignants, Aboubacar Soumah a fait le compte rendu sur le niveau d’avancement des négociations engagées depuis le 04 mai 2018, conformément au protocole d’accord.

Des négociations qui tournent autour des 8 millions que réclament les enseignants.

« À l’ouverture des débats, nous avons attiré l’attention du gouvernement sur un certain nombre de faits, dont entre autres, le non-respect de la date du 02 mai, le non-respect des protocoles signés depuis février 2017, jusqu’au protocole signé en mars 2018. Il y a une date butoir, c’est le 25 mai 2018. Ce qui revient à dire qu’il reste 15 jours. Même s’il reste deux jours, s’ils ont la volonté, ils peuvent accorder les 8 millions. Je leur ai fait comprendre dans la salle aussi, si à la date du 25 mai rien n’est fait, c’est-à-dire on n’obtient pas ce qu’on a demandé, nous allons déclencher la grève », a déclaré Aboubacar Soumah.

Alors que l’autre branche du SLECG, dirigée par Sy Savané annonce la tenue d’un congrès les 16 et 17 mai, Aboubacar Soumah accuse le ministre du Travail, Damantang Albert Camara et certains administrateurs territoriaux de vouloir déstabiliser son mouvement. Ils menacent d’aller en grève si le congrès se tient.

« Les camarades syndicalistes avec lesquels on devait tenir le congrès et qui n’ont pas accepté, ont financé ces camardes-là. Ils sont allés dans toutes les préfectures et ils ont été chassés. Maintenant, ils remettent de l’argent à ce groupe pour tenir de congrès le 16 et le 17. C’est pourquoi nous avons décidé au sein du bureau exécutif, si toutefois le congrès se tient sous le nom de SLECG, nous allons faire une épreuve de démonstration. Ils peuvent faire leur congrès, mais sous une autre appellation. Si toutefois le congrès se tient le mercredi et le jeudi, le lundi qui va suivre, nous déclencherons la grève« , a-t-il conclu.

Par ailleurs, Aboubacar Soumah a apporté son soutien à Aboubacar Sidiki Mara, un autre syndicaliste arrêté il y a de cela deux semaines.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.