Connect with us

News

Le gouvernement qualifie les membres du Fndc de « seigneurs de guerre, djihadistes »

Publié

Le

L’on assiste à une escalade verbale entre le gouvernement et son opposition. Le front contre le 3e mandat (Fndc) menace de faire plier le régime Alpha Condé qu’il considère n’est plus apte à continuer de diriger le pays. D’où les manifestations non-stop  dans tout le pays à partir du 13 janvier 2020. Le Gouvernement guinéen a répondu, ce vendredi 10 janvier dans une déclaration en qualifiant les membres du Fndc « des seigneurs de guerre, … des Djihadistes tenant des propos incendiaires contre la paisible population ». Mais, l’État prévient que l’ordre sera maintenu vaille que vaille.

 

Communiqué du Gouvernement

«Le Gouvernement de la République, tout en reconnaissant, conformément à la Constitution, le droit imprescriptible de tout citoyen de manifester pacifiquement son mécontentement ou sa joie, tient à préciser qu’il ne saurait tolérer une quelconque dérive anarchique de nature à compromettre la quiétude sociale, la paix, l’Unité Nationale et l’intégrité territoriale en République de Guinée. Ce faisant, il tient à témoin la Communauté Nationale et Internationale, de la gravité de ces propos et met en garde tout fauteur de trouble qui s’affranchirait des dispositions légales consacrées par la Constitution en ses articles 10, 22 et 23.»

‘’Les Seigneurs de guerre, comme ils se font désormais appeler, n’hésitant même pas à déclarer ce qu’ils appellent le Djihad qui, précisons-le, n’est fait que par des djihadistes, les Seigneurs de guerre dis-je, reviennent sur leurs menaces incendiaires destinées au pacifique peuple de Guinée et à ses partenaires, en s’arrogeant le droit d’interdire aux uns de se déplacer, d’être à leurs lieux de travail, de s’approvisionner quotidiennement dans les marchés, de se rendre dans les hôpitaux et aux autres d’exploiter leurs mines et carrières, d’ouvrir leurs stations de carburant, ou pour être plus bref, de ne plus vaquer à leurs préoccupations quotidiennes.

Le Gouvernement de la République, tout en reconnaissant, conformément à la Constitution, le droit imprescriptible de tout citoyen de manifester pacifiquement son mécontentement ou sa joie, tient à préciser qu’il ne saurait tolérer une quelconque dérive anarchique de nature à compromettre la quiétude sociale, la paix, l’Unité Nationale et l’intégrité territoriale en République de Guinée.

Ce faisant, il tient à témoin la Communauté Nationale et Internationale, de la gravité de ces propos et met en garde tout fauteur de trouble qui s’affranchirait des dispositions légales consacrées par la Constitution en ses articles 10, 22 et 23.

Il invite les paisibles populations guinéennes à se rendre chacun à son travail et donne l’assurance qu’il veillera jusque dans les moindres détails au maintien de l’ordre public et à leur sécurité.

Notre pays, notre chère Guinée à tous, mérite, non pas d’être transformé en champ de bataille, mais plutôt en un havre de paix.

Je vous remercie !’’

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons
Le président de l'UFDG, Cellou Dalein Diallo s'exprime sur les violences meurtrières enregistrées ces derniers temps à Labé et dans d'autres villes du pays.
2eme partie de la conférence de presse du FNDC. Les interventions de Sidya Touré Président et de Cellou Dalein Diallo.
Conférence de presse du Front National Pour La Défense De La Constitution-FNDC
A Dalaba, la résistance continue. Un reportage de Gangan TV.
Guinée: vers le couplage des élections législatives et le référendum.
Front National Pour La Défense De La Constitution-FNDC
Mamadou Kaly Diallo, activiste des droits de l’homme et membre du "Démocratie sans violence - La Baïonnette Intelligente" s'exprime sur les violences enregistrées dans le pays ces derniers jours et s'inquiète sur la tournure des événements qui prennent de relent ethnique.
PLUS DE VIDÉOS
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.