Connect with us

ÉDUCATION

Revendications salariales : Aboubacar Soumah remobilise ses troupes

Publié

Le

Huit millions de francs guinéens, c’est le montant que le Syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG) réclamait au gouvernement comme salaire de base. Cette demande, selon Aboubacar Soumah, est toujours maintenue.

En marge de l’assemblée générale du SLECG tenue à son siège à Donka (Conakry) le 2 novembre 2019, Aboubacar Soumah a demandé à ses camarades enseignants de se donner la main afin d’obtenir leurs revendications : « Si on ne se lève pas, on ne se donne pas la main, on n’obtiendra pas ce que nous avons demandé, parce que nous avons affaire à des gens sans pitié. »

Dans l’accord avec le gouvernement, il a été dit qu’il faut assainir le fichier des enseignants afin d’extirper tous les fictifs. Le salaire qui était payé aux fictifs devraient revenir aux enseignants réels. Mais Aboubacar Soumah pense que le gouvernement ne veut pas faire face aux demandes des enseignants : « Quels que soient les résultats du recensement, ils ne sont pas prêts à faire face à nos besoins comme on le veut. Si on ne se lève pas, je suis sûr qu’on ne nous donnera pas ce que nous réclamons. Tant qu’on n’engage pas la grève, ils ne nous donneront pas. Après, ils vont essayer de nous jeter des miettes sur la figure. »

Mais le patron du SLECG signe et persiste : «Nous nous sommes dit huit millions. Que les résultats de l’assainissement soient concluants ou pas, nous nous avons dit huit millions

Le secteur éducation va-t-il connaitre de nouveau une grève ? L’avenir nous le dira.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons
#Wanindara ce jeudi 20 février 2020
Identifiez les Assi, Rougui, Fatou, Binta, La belle, Bijou, Kadiatou et Fatim

Le super assassin de souris a trouvé leur médicament.
La résistance active et permanente du FNDC se poursuit à #Wanindara ce jeudi 20 février 2020.
C'est ce qu'on appelle honnêteté. Un imam qui refuse 50 millions de francs CFA du Premier ministre pour l'organisation d'un meeting. Imaginez qu'on donne 50 millions GNF ou même 20 millions GNF à nos chefs religieux, est-ils allaient le refuser? Nous n'avons pas  dit qu'ils vont le recevoir ou non, mais est-ce qu'ils allaient refuser le montant? C'est une question, pas une affirmation. Qu'est-ce que vous en pensez?
Jets de pierres entre forces de l'ordre et manifestants à Wanindara
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.