Connect with us

Guinée: Réactions des avocats de KPC et Thierno Mamadou après l’audience à Dixinn

Publié

Le

Guinée: Le procès qui oppose l’homme d’affaires, Kerfala Person Camara (KPC) et l’homme politique Thierno Mamadou Bah s’est poursuivi  au TPI de Dixinn ce jeudi 30 mars 2017. Au sortir de cette audience, les avocats de la défense ont dénoncé la victimisation de celui qui était le principal prévenu et ceux de la partie civile accusent l’homme politique d’être « le maître sorcier » et disent qu’il ne pourrait échapper à la justice. Une démonstration de force de part et d’autre.

 Me Salifou Béavogui, avocat de la défense dénonce : «Nous avons la conscience tranquille. M. Kerfala a joué à l’anticipation et à la victimisation, mais nous démontrerons le moment venu la culpabilité de M. KPC et surtout l’innocence de notre client. La vérité va triompher. La dignité de notre client est bafouée

Evoquant la question du journaliste qui aurait publié cette vidéo qui a porté atteinte, Me Salifou Béavogui apporte des précisions sur la liberté de la presse : «L’article 86 de la loi sur la liberté de la presse demande aux journalistes de protéger leurs  sources jusqu’à ce que monsieur le lui procureur demande. Il a répondu aux questions des avocats en refusant de livrer le nom du journaliste pour la sécurité de ce dernier. C’est pourquoi Thierno Mamadou n’est pas pressé de livrer l’identité du journaliste pour sa sécurité, mais aussi une telle demande n’a pas été formulée par le procureur de la République »   Plus loin, il ajoute : « La question que je me pose est celle de savoir est-ce qu’en empêchant une opinion soit sur la place publique et qui soit compromettante pour la partie civile sur la base de l’amitié, peut être poursuivi  pour chantage ou pour diffamation ? »

Contrairement à ce que pensent les avocats de la défense, Me Lamah, un des avocats de la partie civile fustige de ce qu’il qualifie de ‘’maitre sorcier’’. Il affirme : «Je déplore cette velléité malsaine de la politisation à outrance de ce dossier. Ce dossier n’a aucun caractère politique et Kerfala person Camara est la principale victime dans ce dossier. Je déplore dans ce pays, une fois qu’on se convertit en politicien, on croit qu’on n’est couvert d’une immunité de poursuite, on peut se permettre de faire n’importe quoi. C’est un habitué des faits »

Dans la même démarche de justification, Me Lamah ajoute : « Les principales questions à se poser sont : Pourquoi M. Thierno Mamadou Bah a préféré de contacter M. Kerfala Person pour empêcher la publication de cette vidéo qui n’est pas honorifique ? Ou c’est pour se faire des sous, encore c’était pour protéger un ami et si c’est la seconde alternative, je ne trouve pas cela logique. Couvrir un ami pour des intérêts particuliers, pour ne pas découvrir des scandales présumés ? Nous sommes convaincus de la culpabilité de M. Thierno Bah au regard de débats et sa responsabilité pénale ne pourrait être écartée. Il risque des peines d’emprisonnement et de réparation

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.