Connect with us

Quel avenir pour la Culture guinéenne ?

Publié

Le

La Culture nationale et les hommes de culture guinéens disent ne plus savoir à quel saint se vouer, par le fait que la culture s’enfonce progressivement dans un profond gouffre d’amertume, sous l’œil indifférent des autorités.

L’un des signes frappant de ce délaissement de la Culture par les autorités en place est que depuis le mois de janvier dernier, le Ministre de la Culture et du Patrimoine Historique (MCPH) a rendu l’âme et depuis, aucun décret n’est pris par le Chef de l’Etat pour le remplacer. Pendant ce temps, on trouve judicieux de prendre un décret pour restructurer le ministère de l’administration, Comme pour dire que la politique est au dessus de la culture, et que cette dernière est le dernier souci des autorités en place.

Aujourd’hui les opérateurs culturels soufflent le chaud et le froid pour gagner leur quotidien, les plages sont fermées et le palais du peuple n’est pas accessible. L’état d’urgence sanitaire décrété par le Chef de l’Etat, fait qu’aucune manifestation culturelle n’est autorisée. Mais, pendant ce temps on assiste à des mouvements de soutien au pouvoir en place partout dans la capitale. D’un coté Les autorités cautionnent la tenue de la foire internationale et de l’autre un état d’urgence sanitaire est décrété.

Les nostalgiques s’en souviennent encore, la Guinée fut le porte-flambeau de l’Afrique sur le plan culturel, grâce à la 1ère formation orchestrale féminine du monde, ‘’Les Amazones’’. Il s’en est suivi le mythe des ballets africains de Guinée avec Fodéba Keita. Ce groupe a, à son tour, ébloui plus d’un guinéen dans la jeune République. Tous ces groupes culturels sont délaissés sans aucune subvention, et les membres se meurent à petit feu.

L’on se souvient également du Bembeya Jazz, qui a honoré la Guinée à travers le monde. Mais force est de constater que cet orchestre n’a même pas une salle de répétition à Conakry, alors qu’il devait avoir son Musée, quand on mesure ce qu’il a apporté à son pays. Que reste-t-il encore du Bembeya Jazz national ?

‘’La Culture est ce qui reste d’un peuple quand il a tout perdu’’, dit-on. La meilleure formation orchestrale des 50 dernières années en Afrique, joue avec de vieux instruments, lors des grands diners officiels, au vu et au su de nos dirigeants, sans que cela ne les interpelle.

Le Théâtre National de Guinée, qui a toujours remporté des trophées dans toutes les compétitions auxquelles elle a pris part, fait ses créations dans un salon exigu d’un petit appartement à Coronthie (commune de Kaloum).

Une attention particulière doit être accordée à la Culture guinéenne pour lui redonner son éclat d’antan.

Par : Amadou Diallo

Publicité
Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.