Connect with us

Paris – La COP21 officiellement ouverte ce lundi

Publié

Le

C’est une réunion hors norme : 10 000 délégués, 150 chefs d’Etat et de gouvernement, des milliers de journalistes et spécialistes. La Conférence sur le climat (COP21) s’ouvre officiellement ce lundi au Bourget, dans le nord de Paris, une capitale endeuillée par les attaques terroristes du 13 novembre. Cette 21e conférence climatique de l’ONU doit accoucher d’un accord mondial historique, pour limiter notamment à 2°C la hausse des températures, faute de quoi les spécialistes annoncent de graves difficultés pour la planète.

  L’ESSENTIEL

• 196 délégations sont attendues sur le site de la COP21 au Bourget, en région parisienne. C’est la plus grande réunion diplomatique jamais organisée en France.

• Le parc d’expositions du Bourget est transformé en forteresse après les attentats jihadistes du 13 novembre. Environ 2 800 policiers et gendarmes sont affectés à la sécurité du site même, en plus des 6 300 policiers, gendarmes et forces mobiles déployés par ailleurs pour sécuriser Paris.

• C’est à 10h que le coup d’envoi officiel de la COP21 doit être donné

  LE DIRECT

Les horaires sont donnés en heure de Paris (TU +1)

9h35 : Dans le studio RFI du Bourget, Pierre Radanne, expert des questions énergétiques et climatiques : « La difficulté pour les gens, c’est d’arriver à situer ce parcours [écologique] dans leur destin, dans leur vie. C’est-à-dire, quand on nous dit : « il faut en France diviser par 4 nos émissions de gaz à effet de serre, il faut que l’on divise au moins par 2 au niveau mondial », c’est très difficile à le [transposer] dans sa vie. On a encore un énorme travail de culture collective, de culture populaire sur ces questions-là. Comment nos vies vont bifurquer ? Il faut que l’on sache le raconter comme une histoire pour chacun. »

 9h25 : Le président américain, Barack Obama, est arrivé au Bourget, suivi de son secrétaire d’Etat, John Kerry. Ils ont été accueillis par François Hollande, Ségolène Royal, Laurent Fabius, Ban Ki-moon et la responsable climat de l’ONU, Christiana Figueres.

 9h00 : François Hollande, Ban Ki-moon ainsi que le chef de la diplomatie française Laurent Fabius et la ministre française de l’Environnement Ségolène Royal ont commencé à accueillir les différents dirigeants, venus participer à la COP21. Parmi eux, le Premier ministre italien Matteo Renzi, son homologue irlandais, Enda Kenny, l’Australien Malcolm Turnbull, le Canadien Justin Trudeau ou encore le Néo-zélandais John Key, sont d’ores et déjà arrivés sur place.

 8h10 : La circulation est fluide pour le moment en région parisienne. Il y a une heure, on comptabilisait 9 kilomètres de ralentissement au total, c’est 11 fois moins que d’habitude, précise notre envoyé spécial à la gare du Nord, Raphaël Reynes.

Certains tronçons d’autoroute, notamment au nord de Paris, sont pourtant fermés pour permettre à toutes les délégations de rejoindre Le Bourget. Les Franciliens avaient été prévenus des éventuelles difficultés de circulation. Certains ont donc pris leur disposition : partir plus tôt, être patients ou prendre une journée de repos, comme le suggérait la préfecture de police de Paris. Du côté du réseau ferroviaire, le nombre de train a été augmenté et les transports en commun sont gratuits toute la journée, de quoi fluidifier un peu le trafic.

 7h50 : Le président français François Hollande est arrivé au Bourget. Lui et le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, commencent à accueillir personnellement les 150 chefs d’Etat et de gouvernement, à constater notre envoyée spéciale, Anissa El Jabri. Sont notamment attendus l’Américain Barack Obama, le Chinois Xi Jinping, le Russe Vladimir Poutine, l’Indien Narendra Modi.

 Cette nuit : Arrivé dimanche dans la capitale parisienne meurtrie par les attentats terroristes, Barack Obama a rejoint dans la nuit François Hollande devant le Bataclan, l’un des lieux des attaques. Les deux hommes se sont recueillis en silence. Un peu plus tôt, le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le chef du gouvernement britannique, David Cameron, ou encore la présidente chilienne Michelle Bachelet et le Premier ministre japonais s’étaient également rendus sur place à tour de rôle.

Le président américain Barack Obama (D) s’est recueilli dans la nuit de dimanche à lundi devant le Bataclan, aux côtés de François Hollande (C) et Anne Hildago, maire de Paris, pour rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre.REUTERS/Philippe Wojazer

 

Ce week-end, plus de 2 000 marches dans le monde ont été organisées pour réclamer un accord fort. De Sydney à Londres, en passant par Berlin, Madrid, New Delhi, Ouagadougou (Burkina Faso), Katmandou (Népal) ou Rio de Janeiro (Brésil), des centaines de milliers de manifestants se sont réunis en arborant des pancartes comme : « Il n’y a pas de planète B », « Etat d’urgence climatique ». A Paris, un rassemblement a été émaillé de violences place de la République. Au total, 341 personnes ont été interpellées dont 317 placées ensuite en garde à vue.

RFI

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.