Connect with us

La dernière minute du mois de juin durera 61 secondes

Publié

Le

Dans la nuit du 30 juin au 1er juillet, la minute entre 1h59 et 2h durera 61 secondes. Une seconde intercalaire pour synchroniser le temps naturel au temps réel. Une curiosité que certains pays comme les États-Unis ou la France voudraient supprimer.

Les dormeurs apprécieront. Ils profiteront d’une seconde de plus dans la nuit du 30 juin au 1er juillet car la dernière minute du mois de juin durera 61 secondes. Une curiosité liée à la rotation irrégulière de la Terre, beaucoup moins disciplinée que les horloges atomiques.

Dans le monde entier, la seconde supplémentaire s’intercalera entre 23h59 et minuit en « Temps universel coordonné » UTC, aussi appelé GMT de façon obsolète. En France, cette seconde « intercalaire » se glissera entre 01H59 minutes et 2 heures du matin le 1er juillet.

Réconcilier deux échelles de temps

Les particuliers ne verront pas la différence. « Mais s’ils sont très sourcilleux, ils pourront toujours régler leur montre à la seconde près, au besoin en téléphonant à l’horloge parlante », explique Daniel Gambis, directeur du Service de la Rotation de la Terre, chargé de décider au niveau international de l’ajout de ces secondes intercalaires.

Par cette seconde additionnelle, l’Homme entend réconcilier deux échelles de temps, celle du Temps Universel (TU) basé sur la rotation de la Terre et sa position par rapport aux astres et celle du Temps Atomique International (TAI), défini depuis 1971 à partir du parc mondial d’horloges atomiques.

Lorsque le Temps Universel Coordonné (UTC) a été créé en 1972 par un accord international, il a été convenu que l’écart entre les deux ne devait pas dépasser 0,9 seconde. Au delà, une seconde intercalaire doit être insérée dans le temps UTC.

Une seconde de trop ?

Mais l’exercice de la seconde intercalaire n’est pas du goût de tout le monde et certains pays, comme les États-Unis ou la France, souhaiteraient le supprimer, le jugeant inutilement compliqué, pour ne plus se fier qu’aux horloges atomiques alors que d’autres, comme la Grande-Bretagne notamment, plaident pour son maintien.

Une réunion organisée dans le cadre de l’UIT (Union Internationale des Télécommunications) aura lieu à ce sujet en novembre 2015 à Genève.

Les tenants de la suppression de cette seconde additionnelle soulignent qu’elle devient plus difficile à gérer maintenant que de nombreux équipements ont des horloges internes.

Le dernier ajout d’une seconde intercalaire le 30 juin 2012 avait provoqué un problème de synchronisation sur le web, notamment pour des serveurs ou des sites marchands.

Le géant américain de l’internet Google, qui a eu des soucis par le passé à cause de cette seconde additionnelle, a pris des dispositions pour que cela ne se reproduise pas cette année.

Depuis 1972, quelque 26 secondes (en comptant celle du 30 juin) ont été rajoutées.

France 24 Avec AFP

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.