Connect with us

Electricité : Bientôt le dragage du lit du barrage hydroélectrique de kinkon

Publié

Le

Construit en 1966 pour une capacité de 3.4 MW, le barrage hydroélectrique de Kinkon ne produit pratiquement plus de courant par manque d’eau. Pour y remédier, l’association pour le développement intégré de la Guinée (ADIG) en collaboration avec l’ONG MEDIRAID- Belgique entend procéder au dragage et au reboisement du barrage fortement ensablé suite au déboisement des abords du fleuve Kokoulo sur lequel est installée l’infrastructure.

Pour ce faire, une mission de travail, était sur le terrain. Elle était conduite par le président de l’ADIG (Association pour le développement intégré de la Guinée), l’Honorable Diouldé Sow, député uninominal de Pita et comprenant M. Gerard Delacroix, président du MEDIRAID- Belgique. Le constat est amer. Un seul groupe sur les 4 fonctionne. Conséquence : les préfectures de Pita, Dalaba, Mamou et Labé desservies par le barrage de Kinkon ne reçoivent plus le courant depuis bel lurette.

L’opérateur de la centrale, Mamadou fermement qu’aucun problème technique n’est enregistré, toutes les machines fonctionnent correctement et l’entretien technique annuel se fait régulièrement. Selon lui le seul problème c’est le manque d’eau surtout en saison sèche alors que chaque groupe consomme 1000 litre d’eau par minute.  Actuellement le seul groupe qui marche fonctionne par inter-mittence pour alimenter la cité ouvrière et la centrale afin de faciliter l’entretien annuel des machines.

Pour M. Gerad Delacroix laisse entendre que dans ce monde actuel il n’est plus possible de vivre deux jours sans charger son téléphone portable, sans avoir un serveur, une connexion internet. « A Pita, depuis trois jours y a pas de courant il faut trouver une solution à ce problème, il suffit juste de désengorger le barrage de Kinkon pour avoir une réserve d’eau suffisante et alimenter trois ou quatre villes sans problème» soutient –il avant d’ajouter que c’est un projet de l’ADIG et MEDIRAID qui sont appuyés par un spécialiste français de dragage. Poursuivant, il indique que le coût n’est si élevé que cela et dans le même projet il sera question de trouver un spécialiste en reboisement. Car il est nécessaire de reboiser les abords du fleuve pour empêcher que les sédiments ne reviennent.

Dans ce cas nous avons un projet de pépinière qui va produire des millions de plantes.  Le président de l’ADIG Diouldé Sow a déclaré son engagement à débarrasser le barrage du sable et autre sédiment avant de procéder au reboisement le long de la rive du fleuve Kokoulo.

Parlant d’autres perspectives, l’honorable Diouldé Sow promet de soutenir la valorisation des projets agricoles, artisanaux ainsi que les métiers traditionnels.

Publicité
Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.