Connect with us

Bientôt des billets de 20.000 GNF : La réaction de quelques citoyens de Conakry

Publié

Le

La BCRG a dans un communiqué récent annoncé la mise en circulation des nouvelles coupures de 20.000 GNF. Mais depuis cette annonce, nombreux sont ces citoyens qui ne manquent pas de commentaire. En voici quelques uns rencontrés dans les rues de  la capitale guinéenne.  

 

billet_20000

Ousmane N’faly Kouyaté, sculpteur à Camayenne

« Je suis très surpris de la décision des autorités de la Banque Centrale. Ils doivent prendre leur responsabilité pour avoir pitié du bas peuple, les billets de 20.000fg en circulation est un malaise économique, une erreur grave d’amplification de la pauvreté des citoyens Guinéens, donc les autorités doivent faire preuve de quiétude pour enterrer cette ambition qui n’arrange personne sauf les nobles ».

 

Diallo Baïlo, cambiste a l’aéroport de Conakry

 « Fabriquer un des billets de 20.000fg c’est comme enfoncer encore les uns et les autres dans un bas-fond profond sans limite. Nous avons d’abord un mal à trouver les petits billets qui devraient être même l’objectif principal des autorités de la Banque Centrale. Voyez à chaque descente des plaques (dans le transport), le torchon brule entre chauffeurs et passagers à cause des monnaies qui restent rares. Cela devrait inquiéter ces banquiers. Nous qui sommes dans les changes et exchanges, nous étions un peu content de la stabilité de la monnaie locale, mais, à cette allure, nous risquons d’être derrière la Sierra Leone ou le Zaïre au temps de Mobutu. Alpha Condé fait tout cela pour bien préparer sa campagne électorale».

 

Guilavogui Souana, Professeur d’économie au lycée N. Mandela de Matoto

« Un débat sur l’utilité de ces nouvelles coupures doit se tenir entre les banquiers et les économistes. Il ne faudra pas que la BCRG se lève un matin pour décider de la mise en circulation d’un billet. En économie, on dit que la monnaie est étatique, mais elle appartient aux consommateurs et à la ménagère.  La valeur faciale d’une monnaie dépend aussi de l’utilité qu’on en fait. Les billets de 10.000 de couleur rouge étaient suffisants pour la définition fiduciaire du Francs guinéen. Mais, les 20.000, alors serrons à nouveau la ceinture, car nous allons à l’inflation. La migration des billets de banque est due aux voyages des citoyens, des achats transfrontaliers et au processus de redistribution entre banques centrales nationales, banques commerciales et commerçants. Mais, il se trouve qu’avec l’effet Ebola, nombreux sont nos voisins qui se sont tournés vers d’autres pays. Cet état de fait est un facteur de dégradation de notre monnaie. L’Etat devrait beaucoup plus investir dans la production agricole de nos produits, au lieu de se mettre à fabriquer des nouveaux billets ».

Guinee360 – Actualité Guinée Conakry

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.