Connect with us

Justice : Fermeture du Centre Dream de Conakry, les raisons

Publié

Le

Le Tribunal de Travail de Conakry a décidé à travers une sentence de la fermeture du Centre Dream situé au quartier Camayenne-Cité ministérielle, qui était chargé de la prise en charge des malades du VIH-Sida. Les activités sont donc arrêtées et le centre était dans l’obligation de fermer, lundi, 12 octobre dernier, a expliqué la Coordinatrice dudit centre.
La sentence du tribunal vise la saisie du compte bancaire et les véhicules dudit centre pour le dédommagement d’une infirmière qui aurait été arbitrairement licenciée par l’administration de la structure pour faute lourde, dit-elle. Un procès qui a été remporté par dame Madeleine. Le tribunal aurait également demandé 111millions de francs guinéens au Centre Dream pour le dédommagement de la licenciée.
Selon le responsable logistique au Centre Dream, Naby Bangoura, «l’infirmière Madeleine aurait failli aux règlements régissant le fonctionnement de la structure, en traitant clandestinement un patient hors du service, mais en lui prenant aussi de l’argent, ce qui est sévèrement sanctionné par notre centre».
Les patients vivants et pris en charge par le centre, qui ne reçoivent pas depuis lundi les ARV, ont protesté jeudi, 22 octobre dernier, contre cette décision de justice et se sont rendus chez la première Dame de la République, Djènè Condé. Celle-ci a automatiquement livré une voiture 4/4 aux patients, afin de permettre au Centre Dream de ravitailler en médicaments ses unités de Dubréka, Fassia (Coyah) et Matoto.
Pour rappel, Les faits remontent en 2013, quand l’infirmière, Madeleine Hawa Yombouno, a été définitivement licenciée du Centre Dream. Elle a porté plainte contre le service, d’abord à l’Inspection Générale du Travail, avant d’ouvrir un feuilleton judiciaire dans les Cours et Tribunaux de Conakry.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.