Connect with us

Guinée : Littérature « Le chemin de la Guinée de 1946 à 1984 »

Publié

Le

Cet ouvrage de 96 pages marque la signature d’Ibrahima Kalil Keïta, vice président de la CENI.L’œuvre a été dédicacé pendant les 72 heures du livre, organisé par la maison Harmattan.

A cette occasion, El hadj Ibrahima Kalil Keita a  déclaré « écrire est un devoir pour moi mais aussi un plaisir et une prédilection qui m’enchante mais c’est surtout la poésie qui est ma hantise avec la vérité et la dialectique ».

« Si j’étais véritablement intellectuel, j’aurais écris comme Victor Hugo, Léopold Sedar Senghor mais hélas! Je ne suis pour le moment qu’un écrivain, mais je garde espoir qu’écrire m’aidera à marcher vers la maturité » ajoute t-il.

Après sa première publication « gloire au Manden, ma patrie » en 1999 à la Sig Madina devant les quatre coordinations régionales de la Guinée, il se réjouit de la publication de certains de ses poèmes par M. Idrissa Camara dans ses émissions denommées ‘’ Belles lettres’’.

Parlant de sa nouvelle parution, il se distingue par l’abondance et la variété des illustrations, la naissance du parti libérateur de la Guinée, le PDG-RDA (Parti Démocratique de Guinée- Rassemblement Démocratique Africain), l’œuvre immortelle d’Ahmed Sékou Touré et de ses illustres compagnons de lutte, l’analyse critique des aspects positifs et des aspects négatifs de la révolution et les leçons que l’on peut tirer de cette révolution, la place occupée par la Guinée sur la chaine africaine et internationale dans le domaine de l’art, la culture et le sport avec les troupes et orchestres comme le sily national, le Hafia football club, les ballets africains, le Bembeya jazz national et international, les amazones ainsi que les vedettes Sory Kandia Kouyaté, Kadé Diawara, Fodé Conté, etc.

Selon lui, les cadres et intellectuels guinéens ont le devoir moral d’enseigner à la jeunesse que Feu Ahmed Sékou Touré était le principal instigateur de la charte de l’OUA (organisation de l’unité africaine actuel union africaine UA) en 1963 et pour cette raison toutes les premières organisations panafricaines étaient dirigées par des Guinéens. Nous avons, rappelle t-il, Diallo Tély premier et 2 fois secrétaire général de l’OUA, Jeanne Martin Cissé, première secrétaire panafricaine des femmes, Idrissa Traoré puis Oumar Diasso à la tête de la jeunesse africaine, Pathé Diallo puis Check Fantamady Condé à la tête des journalistes africains etc.

L’objet de ce livre, dit-il, c’est de relater la réalité du passé de manière objective afin que les guinéens connaissent la vérité sur le passé glorieux de leur pays. Que l’on dise ce qui est bien fait et ce qui est mal fait afin qu’on se pardonne pour construire le présent et l’avenir.

Guinee360 – Actualité Guinée Conakry

Publicité
Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.