Connect with us

Guinée : la loterie, l’ultime recours des jeunes de Conakry ?

Publié

Le

Guinée: C’est un secret de polichinelle, la jeunesse peine à trouver de l’emploi. L’Etat comme on le sait est incapable d’employer tout le monde mais le pire est qu’il ne crée pas les conditions de création d’emplois. Pourtant, c’est l’une de ses missions régaliennes. Du coup les jeunes sont abandonnés à eux-mêmes passants la plupart de leurs temps au tour du thé, dans les cafés, devant la télé.

Désormais, nombre d’entre eux se tournent vers les jeux de hasard tel que Guinée Games, PMU+ dans l’espoir de gagner de quoi subvenir à certains besoins.

C’est le cas d’Amadou Diallo, 28 ans ! Il joue depuis quatre ans maintenant. « J’étais encore sur les bancs quand j’ai commencé à jouer. J’ai fini les études depuis  deux  ans mais je n’ai pas encore trouvé mon premier emploi. Toutes mes démarches sont jusque-là infructueuses. C’est grâce à ce jeu que j’arrive parfois à gagner un peu d’argent. C’est pourquoi je ne peux m’en passer », dit-il.

Ce ne sont pas seulement les diplômés sans-emplois comme Amadou qui s’adonne aux à la loterie. Il y a aussi des adolescents et même des adultes qui  généralement ont du travail mais qui rapporte peu pour diverses raisons nous a confié un enseignant.

Rencontré dans un café entrain de combiner avec des collègues pour le pari du soir, un lieutenant de police nous confie que beaucoup d’agents et fonctionnaires guinéens participent aux jeux de hasard. Parce que dit-il le salaire est presque insignifiant. « Le salaire ne couvre pas les besoins de nos familles. C’est pourquoi nous venons miser  ici dans l’espoir de gagner pour combler les vides. Mêmes des fonctionnaires parient régulièrement devant moi », nous apprend cet agent de la police.

Certains jeunes se sentent plus ou moins à l’aise grâce à ce jeu. Aboubacar Camara, gérant d’un kiosque affirme n’avoir rien à envier à certains fonctionnaires. « Nous gagnons  ici  en fonction de la vente. Si tu veux, tu prends ton argent par semaine ou mois. J’avais tenté plusieurs fois de trouver un emploi sans succès avant de me lancer ici. Moi-même je parie souvent et je gagne parfois ce qui fait un plus à mon salaire. En tout cas, je gagne ma vie sans voler ni tendre la main à une personne. Je suis heureux en un mot », fait-il savoir

En attendant que l’Etat trouve de l’emploi ou crée les conditions de créations, certains jeunes croisent les doigts pendant que d’autres tentent de trouver des alternatives.

Avec : EspaceFM

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.