Connect with us

Le Sénégal, le Burkina, le Mali et la RCI mutualisent leurs forces pour lutter contre le terrorisme

Publié

Le

Après l’attentat de Grand Bassam, en Côte d’Ivoire, les ministres en charge de la Sécurité de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Burkina Faso et du Sénégal se sont réunis à Abidjan, ce jeudi 24 mars, afin d’échanger sur les mesures à adopter dans le cadre de la prévention et de la lutte contre le terrorisme. A l’issue de leur rencontre, note “Enquête”, les responsables de la sécurité intérieur de ces pays ont discuté de questions diverses dans le cadre de la prévention et de la lutte contre le terrorisme.

Une première étape donc en direction des mesures fortes à prendre pour dénouer le sentiment d’encerclement de la menace djihadiste, un sentiment que le ministère de l’Intérieur du Sénégal a tenté de dédramatiser, jeudi à travers un communiqué. Mais la rencontre d’Abidjan prouve que le ministre Abdoulaye Daouda Diallo et ses collègues ont désormais conscience de l’urgence de combler l’inexpérience de leurs faibles Etats par une conception et une mise en œuvre d’une stratégie transnationale axée autour de la mutualisation de leurs efforts, note le journal.

En effet, à Abidjan, ce jeudi, les quatre haut responsables gouvernementaux du Burkina Faso, du Mali, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal son ainsi tombés d’accord pour mutualiser leurs efforts et renforcer les relations entre les sécurités de sécurité, établir une unité d’action et une collaboration systématique entre ces services et surtout instituer des rencontres régulières et tournantes des Ministres en charge de la Sécurité afin de mettre à jour les connaissances et les informations sur le terrorisme dans leurs pays respectifs. Les ministres Hamed Bakayoko de la Côte d’Ivoire, Simon Compaoré du Burkina Faso, Col.

Major Salif Traore du Mali et Abdoulaye Daouda Diallo du Sénégal sont aussi d’accord pour dire que la coopération et l’échange de renseignements entre leurs pays passe également par l’existence de documents de voyages fiables pour permettre la traçabilité des mouvements de part et d’autre des frontières. Les quatre ministres entendent donc peser auprès de leur Etats respectifs pour accélérer l’adoption de la carte d’identité biométrique de la Cedeao dans le respect des accords régionaux en matière de circulation des personnes et de biens.

La Guinée quant à elle ne fait pas partie de cette mini-coalition ouest-africaine pour lutter de façon efficace contre le terrorisme.

Avec Seneweb

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.