Connect with us

Société civile : Qu’en est –il de l’organisation des états généraux ?

Publié

Le

Le mois de mars 2015 était la date arrêtée pour la tenue des états généraux de la société civile. Après des séances de concertation avec les acteurs, le Conseil National des Organisations de la Société Guinéenne (CNOSCG) s’était démarquée de l’organisation de ces assisses que projette la PCUD (Plate forme des citoyens unis pour le développement).

« Les états généraux de la société civile sans les vrais acteurs est une course vers l’inconnu » C’est par cette remarque que le CNOSCG a entamé sa déclaration de démarcation. Le document souligne entre autre que : « Le Conseil national des organisations de la société civile de Guinée a appris avec amertume les allégations relatives à son implication dans la conception et la mise en œuvre de supposés ‘’états généraux de la société civile’. Fidèle à ses valeurs d’indépendance, d’égalité et de neutralité politique absolue, le CNOSC-Guinée s’insurge contre cette mise en scène rocambolesque dans la perspective de positionnement personnel à l’aune des enjeux électoraux qui se profilent à l’horizon 2015.

« Le CNOSCG adhère à cette initiative si elle est fondée sur l’équité, la transparence et la participation des vrais acteurs de la société civile, pour ensemble construire un processus inclusif, participatif et consensuel autour de vrais problèmes qui minent les organisations de la société civile… » A souligné le CNOSCG.

Dans sa réponse à cette déclaration, le président de la PCUD, M. Abdourahamane Sano se disait surpris de cette démarche du CNOSCG. Selon M. Sano, le projet avait été discuté lors de l’Assemblée générale élective de la société civile, tenue à Kindia et que toutes les composantes étaient partantes sur l’idée de l’organisation des états généraux de la société civile.  « Tout le problème tourne autour des premiers financements qui permettent à ce jour à la PCUD de dérouler son programme de prise de contact avec les acteurs. Les gens au CNOSCG pensent qu’on a utilisé leur nom pour aller toucher au financement auprès des bailleurs comme le PNUD, le PROJEC et OSIWA… » Nous a confié une source bien informée.

Depuis la publication de la déclaration du CNOSCG, on attend presque rien de la bouche du PCUD qui, il faut le rappeler faisait assez de bruit autour de la tenue au mois de mars des états généraux de la société civile. Cette société civile est encore passée à coté de la plaque de par sa marche avortée contre l’insécurité le 19 février dernier. Et pourtant les politiciens ont organisé des meetings à Dixinn et à Bonfi.

Qu’en est-il de ces états généraux ? Et que diront les bailleurs qui ont mis la main à la poche ? La société civile a, à redorer son blason.

Aly Badara Condé

 

Publicité
Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.