Connect with us

Sénégal : Une Guinéenne condamnée à 15 ans de travaux forcés

Publié

Le

La chambre criminelle ouverte  ce 25 janvier 2016 continue de faire tomber les criminels. A ce deuxième jour, Fatou Souma, une dame de nationalité guinéenne est reconnue coupable de trafic international de drogue. A cet effet, le juge lui a infligé une peine de 15 ans de travaux forcés. A cela s’ajoute le triple de la valeur de la marchandise saisie soit 1 milliard 812 millions de nos francs.

Le déroulement des faits

Arrêtée en état de grossesse, l’accusée du nom de Fatou Souma est tombée devant le service douanier de l’aéroport Leopold Sédar Senghor le 22 mars 2010. Elle a été saisie avec ses bagages à l’aéroport LSS en provenance de Sao Paulo (Brésil). La jeune mère de 3 enfants dont le dernier a vu le jour à la prison des femmes de Rufisque  est âgée de 34 ans.  Revenant de son voyage, elle paie un cadeau pour sa maman chérie. Un cadeau qui lui vaut aujourd’hui son séjour carcéral: une machine à jus de fruit.

Machine à fruit ou à cocaïne ?

La cliente de Me Ibrahima Mbengue déclare devant la barre  avoir acheté cette machine  pour sa maman qui gère une auberge en Guinée Conakry. Cette machine en réalité est « une boîte à cocaïne ». Lors du passage au scanner,  les douaniers découvre que cette machine contenait quelque chose de suspect. Après l’avoir saisi, ils  l’ont cassé pour s’assurer de son contenu. Devant  Fatou, les résultats étaient sans appel. La machine contenait de la drogue dure. 7875 grammes de cocaïne ont été enfoncés dans la machine en question.

Des déclarations confuses

L’informaticienne de formation et commerçante de profession, Fatou se dit être choquée devant les juges de la chambre criminelle par cette découverte dans les ferrailles de la machine. « J’ai acheté la machine à Sao Paulo pour l’offrir à ma mère en Guinée. Les vendeurs Brésiliens me l’ont livrée à l’hôtel. J’ignorais que de la cocaïne pouvait être cachée au fond de celle-ci» affirme la passagère de Turkish Airlines. Son avocat a plaidé pour un éventuel piège contre sa cliente par une tierce personne. Les agents de la douane ont également vu un reçu de 661 euros de transfert d’argent Western Union. Un transfert en provenance d’Italie et qu’elle a retiré à Sao Paulo. Elle a soutenu que cette somme lui est envoyée par un ami de son mari vivant en Italie.

Le réquisitoire du procureur

Le procureur dans son intervention a demandé à la cour, conformément à l’article 96 du code des drogues, une peine de 15 ans de travaux forcés et une amende ferme du quadruple  de la valeur de la  marchandise saisie.

Avec : Senenews

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.