Connect with us

Guinee : Interview du président de l’ADR Alpha Oumar Taran Diallo

Publié

Le

Alpha Oumar Taran Diallo président de l’ADR: «Nous nous attendons à une année 2016 très difficile »

Le leader de l’alliance nationale pour le renouveau(ADR) l’a fait savoir dans une interview qu’il a accordée à notre rédaction. Dans cet entretien, il a parlé de son parti politique, des prochaines élections communales, de la crise à l’UFDG et au RPG, le refus des autorités à baisser le prix du carburant, le souhait de la CEDEAO d’interdire le voile intégral, la position de sa formation politique sur une éventuelle modification de la constitution guinéenne. Nous vous proposons l’intégralité de cette interview.

Guinee360.com: vous venez de créer votre formation politique. Parlez-nous de vos motivations ?

Alpha Oumar Taran: Nous sommes partis d’un constat. C’est que les préoccupations de nos concitoyens ne sont pas prises en compte dans leur majorité par les partis politiques existant sur place ; notamment la mouvance et l’opposition. Donc, nous nous sommes dit qu’il y a du travail à faire à ce niveau parce qu’il faut prendre en compte les préoccupations de nos concitoyens, il faut changer la façon dont les partis politiques fonctionnent. C’est pourquoi nous avons estimé qu’il mettre une formation politique en place pour pouvoir participer à la lutte pour l’amélioration des conditions de vie de nos compatriotes.

Guinee360.com:Qu’est ce parti va apporter de nouveau dans le paysage politique guinéen ?

Alpha Oumar Taran: Premièrement, dans le fonctionnement des partis politiques, nous allons faire en sorte que les textes du parti soient appliqués à la lettre et que le parti politique ne soit pas un apprentissage de la dictature comme c’est le cas présentement dans notre pays. Parce que souvent on demande aux gouvernants d’être des démocrates alors que les structures qui les ont portées au pouvoir ont fonctionné non pas en structures démocratiques mais avec un système autocratique. Donc nous allons apporter un changement à ce niveau. Deuxièmement, dans notre projet de société, il est prévu de lutter pour rendre effectif la séparation des pouvoirs. A ce niveau, il est écrit dans nos textes que nous sommes dans un pays démocratiques et les pouvoirs sont séparés: l’exécutif, le législatif et le judiciaire alors que quand nous regardons  dans l’effectivité des choses, nous nous rendons compte qu’il y a toujours l’immixtion de l’exécutif dans le judiciaire et le législatif. Nous allons faire en sorte qu’il y ait des gardes fous qui garantissent la séparation effective de ces différents pouvoirs. Ensuite, nous allons permettre que le citoyen ait un droit de regard sur le fonctionnement de  certaines institutions de la république. Il y a par exemple certaines institutions où le président est nommé, il n’est pas élu par ses pairs. Avant la validation de cette nomination, nous allons faire en sorte que l’assemblée nationale ait un droit de regard sur la personnalité de celui ou celle qui a été choisi par l’exécutif. Ça, c’est de l’innovation. De l’autre côté, il y a comment l’administration fonctionne. Nous allons apporter du changement à ce niveau également.

Guinee360.com: A ce jour quel est le niveau d’implantation de votre parti ?

Alpha Oumar Taran: Nous sommes très avancés. Nous venons de rentrer d’une tournée à l’étranger notamment en Belgique et en France. On a rencontré certaines autorités de ces pays notamment le ministre bruxellois de la mobilité culturelle et du développement durable ; ensuite, été reçu à l’union européenne. En France, on a été reçu par certains responsables des partis politiques. Mais aussi les représentants de la communauté guinéenne vivant dans ces deux pays. A notre retour ici, nous avons été à l’intérieur du pays où on a fait une tournée d’une semaine pour rencontrer les membres du parti basés en ces différents endroits pour mettre en place les démembrements du parti.

Guinee360.com: Les élections communales sont annoncées pour cette année, l’ADR ira seule à ces consultations électorales ou en alliance avec un autre parti ?

Alpha Oumar Taran: Nous sommes en train de travailler pour préparer justement ces élections. Nous examinons les deux possibilités. Vous savez, même si vous n’avez pas les mêmes textes qu’un autre parti, vous pouvez être dans la même obédience. Par exemple libéral ou socialiste. Quand vous êtes de même obédience, il y a des points de convergence. Donc on va utiliser cela pour voir si on ira tout seul dans certaines régions du pays ou est-ce qu’il est opportun de s’allier à une structure qu’elle soit ancienne ou jeune. Au moment venu, nous allons vous dire qu’est ce qu’on fera exactement mais ce qui est clair, nous allons participer à ces élections sur toute l’étendue du territoire national.

Guinee360.com: le général Sékouba Konaté ancien président de la transition en Guinée a récemment souhaité que la constitution guinéenne soit modifiée afin de permettre au président Condé de briguer un troisième mandat. Quel commentaire faites-vous de cette déclaration ?

Alpha Oumar Taran: Je ne veux pas commenter ces propos du général Konaté parce que je ne sais pas dans quelle disposition il était pour affirmer cela quand on sait que c’est lui-même qui a promulgué cette constitution en tant que président. S’il avait des amendements à suggérer à l’époque, je pense qu’il aurait pu le faire au moment où il était président de la transition. Maintenant par rapport au sujet lui-même, je pense qu’on n’a pas besoin de rentrer dans ce débat qui ne fera que créer de tensions dans le pays. Notre constitution est bien telle qu’elle est, il y a des articles qu’on aurait demandé de modifier mais pas celui-là. Il ya un verrou sur notre propre constitution où il est dit qu’on ne peut pas modifier l’article qui limite le nombre de mandats à cinq ans renouvelable une seule fois. Donc nous à l’ADR, on se bat non pas pour permettre à un individu de s’éterniser au pouvoir mais plutôt pour que les textes permettent l’épanouissement de la population guinéenne et de son bien être. Nous pensons que le renouvellement de la classe dirigeante et le changement régulier des dirigeants permet un dynamisme du développement. Nous aimons prendre l’exemple de la Chine qui n’a pas une démocratie comme à l’occidentale. Le renouvellement des cadres dirigeants à la tête du parti et du pays fait que le pays est en train d’avancer. Nous avons une constitution qui permet à la république de bien fonctionner. Nous exigeons qu’elle soit respectée dans son entièreté. Jusqu’à présent, il y a des articles de cette constitution qui ne sont pas respectés par la classe dirigeante. D’ailleurs vous avez vu la crise qui secoue le parti présidentiel. C’est justement la violation de la constitution qui amène à cette situation là parce que si celui qui est le garant de la constitution ne respecte pas certains articles notamment l’article 38. Il continue de venir au siège du RPG en tant que président du parti alors qu’il aurait dû léguer ses responsabilités au sein du parti à une autre personne. C’est pourquoi nous demandons l’application de la constitution sur toute sa rigueur.

Guinee360.com: L’union des forces républicaines(UFR) de Sidya Touré vient de quitter l’opposition pour la mouvance. Ce départ ne va-t-il pas affaiblir l’opposition guinéenne?

Alpha Oumar Taran: pas forcément, tout dépendra de l’organisation que l’opposition va avoir parce que certes il y a un leader de l’opposition, l’UFDG est le moteur de cette opposition. Il y a aussi d’autres partis de conviction qui sont engagés et très dynamiques. Je ne pense pas que cela puisse affaiblir l’opposition.

Guinee360.com: certains partis politiques réclament les états généraux de l’opposition. Votre avis sur ce sujet ?

Alpha Oumar Taran: Toute entité ou structure a besoin à certains moments ou étapes de sa vie de se poser de questions, de regarder dans le rétroviseur et tirer les leçons. Je pense que ces états généraux pourraient permettre à l’opposition de fonctionner autrement et d’être plus efficace pour le peuple de Guinée. 

Guinee360.com: Vous avez fait récemment une déclaration sur la crise qui secoue le RPG, l’UFDG aussi traverse une autre crise. Votre opinion sur ce sujet ?

Alpha Oumar Taran: La crise qui secoue l’UFDG est une crise interne. Elle n’affecte pas comme le problème au niveau du RPG. Nous pensons que cela n’affecte pas la nation entière. Alors que de l’autre côté, la crise au parti présidentiel entame même le tissu social au niveau national puisque ça demande soit d’exclure une partie ou de prendre une partie en excluant les autres. Alors qu’au niveau de l’UFDG, à notre avis c’est un problème interne. Nous pensons qu’il va être réglé facilement parce que nous estimons qu’au niveau de chaque structure qui se développe et qui grandit, c’est comme un enfant qui naitrait. Il y a souvent de crise de palu ou de fièvre mais ça passe et ça fortifie.

Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, la CEDEAO entend interdire le port du voile intégral. Une université privée guinéenne vient de renvoyer plusieurs étudiantes qui portent le voile intégrale. Quel est votre commentaire sur ce sujet ?

Alpha Oumar Taran: L’Afrique de l’ouest fait face actuellement à cette crise de terrorisme. Les terroristes utilisent souvent l’islam comme argument pour s’attaquer aux différents Etats. Or, dans la plus part de ces Etats la majorité de la population est musulmane. Chez nous ici, nous avons connu un islam séculaire qui est pratiqué par nos aïeux, nos parents et nous-mêmes. C’est un islam tolérant ; ce n’est pas un islam de stigmatisation et d’exclusion. De l’autre côté, nos différentes écoles, surtout les universités sont laïques où les symboles qui indiquent l’appartenance religieuse sont interdits.   Je me dis que si cette université a renvoyé ces étudiantes, elle est en train d’appliquer à la lettre de son règlement intérieur et c’est le règlement des études en Guinée. Nous sommes dans un pays laïc et le système éducatif est laïc. Je crois que les autorités de ce pays devraient veiller à l’application stricte des textes qui régissent le fonctionnement de nos différentes institutions, des écoles, des associations et autres pour nous mettre à l’abri de beaucoup de surprises. Je ne sais pas si c’est maintenant que les  responsables de cette université appliquent cela mais une situation exceptionnelle est toujours suivie d’une mesure exceptionnelle. Les universités sont des lieux de regroupement, donc le risque est trop grand.

Guinee360.com: Qu’est-ce que vous avez à ajouter pour clôturer notre entretien ?

Alpha Oumar Taran: C’est toujours demandé au peuple de Guinée de continuer le combat. Nous voyons que le bien être ne s’acquiert pas cadeau parce que sinon le gouvernement guinéen aurait dû baisser le pris du carburant à la pompe parce qu’il y a baisse au niveau mondial. Pour aider les citoyens, le gouvernement devra diminuer le prix du carburant. En 2004, 2005, 2007, le baril du pétrole était à 30 dollars et on sait combien on achetait le litre du carburant à cette époque. Aujourd’hui, nous sommes à peu près au même niveau. Le baril est aux alentours de 27dollars. Nous estimons que le prix du litre devait revenir à 5000 francs guinéens. C’est ce qui permettrait aux citoyens guinéens de consommer autre chose et relancer l’économie nationale parce que s’il y a la consommation, l’argent circule. Mais avec l’augmentation de la TVA à 20%, vous avez suivi le nouveau ministre du budget qui demande à la douane d’augmenter la recette douanière à 30%, tout cela sera sur la tête du consommateur. Nous attendons à une année 2016 très difficile parce que les autres pays ont appliqué le principe de la flexibilité du prix du carburant alors que chez nous ici, jusqu’à présent cela n’est pas appliqué. On continue à payer le litre du carburant à 8000 francs comme lorsque le baril se vendait à 70 ou 80 dollars.

 

Publicité
3 Commentaires

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.