Connect with us

France – Des manifestants saccagent une salle de prière musulmane

Publié

Le

Une manifestation a dégénéré vendredi 25 décembre à Ajaccio lorsque plusieurs individus réunis dans une cité située sur les hauteurs de la ville ont saccagé une salle de prière musulmane et tenté de mettre le feu à des exemplaires du Coran.

Environ 150 manifestants s’étaient réunis, un peu plus tôt dans l’après-midi et dans le calme, devant la préfecture pour protester contre l’agression dont avaient fait l’objet, la veille, deux pompiers et un policier. Appelés dans le quartier des Jardins de l’Empereur pour un incendie au milieu de la nuit, les pompiers sont tombés dans ce que le sous-préfet François Lalanne a qualifié de « guet-apens ». Leur véhicule a été visé par des jets de projectiles et deux pompiers ont été sérieusement blessés par des éclats de verre. Un policier, intervenu sur les lieux pour faire revenir le calme, a été plus légèrement blessé.

Une expédition punitive

Certains des manifestants réunis devant la préfecture ont appelé à se rendre dans le quartier où avait eu lieu l’échauffourée. Ce sont au final environ 600 personnes qui s’y sont retrouvées en tout début de soirée pour ce qui s’est transformé en expédition punitive.

Aux cris, pour certains, de « Arabi fora [les Arabes dehors] ! » ou « On est chez nous ! », ils ont, dans une ambiance tendue et encadrés par des policiers déployés pour tenter de maintenir de calme, essayé d’identifier et de retrouver les auteurs de l’agression de la veille, dans une cité, dont tous les habitants sont restés cloîtrés chez eux, et où des portes en verre, boîtes aux lettres et vitres de véhicules ont été endommagées.

Plusieurs manifestants ont, à cette occasion et malgré le dispositif policier, saccagé la salle de prière musulmane, tentant même de regrouper des exemplaires du Coran pour y mettre le feu, en n’y parvenant que très partiellement. La terrasse d’un restaurant kebab situé à proximité de la cité a également été endommagée. Les incidents ont pris fin vers 21 heures, même si la situation restait très tendue et le déploiement de forces de l’ordre important.

« Profanation inacceptable »

Le premier ministre Manuel Valls a dénoncé « l’agression intolérable de pompiers » et une « profanation inacceptable d’un lieu de prière musulman ». Bernard Cazeneuve a condamné l’agression des pompiers et du policier « avec la plus grande fermeté », a requis l’interpellation des agresseurs « dans les meilleurs délais » et a pointé, concernant la salle de prière, des « exactions intolérables aux relents de racisme et de xénophobie ».

Le tout récent président du conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni – les nationalistes viennent de remporter le 13 décembre les élections territoriales en Corse – a lui aussi condamné sur BFMTV « des actes racistes complètement contraires à la Corse que nous voulons », après avoir affiché sur Twitter son soutien aux pompiers blessés.

Le président de l’Observatoire des actes islamophobes au sein du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, a demandé sur France Info que « ceux qui ont commis cela soient arrêtés ».

Le Monde

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.