Connect with us

ELECTION PRESIDENTIELLE EN GUINEE : La France, la seule et unique gagnante

Publié

Le

Les Etats n’ont pas d’amis. Ils n’ont que des intérêts », a dit le Général De Gaulle. Depuis la ponte de cette phrase, la France en a fait un chapitre de son ouvrage des Relations Internationales. La Guinée le vit encore. Imposé ou posé, Alpha Condé est préféré à ses opposants par la France.

« URGENT. Présidentielle en Guinée: majorité absolue pour Alpha Condé au 1er tour (résultats partiels et provisoires) », titrait Rfi en cette mi- matinée du 17 oct. 15, développant qu’il « n’y a plus de doute: Alpha Condé a remporté, dès le premier tour, le scrutin présidentiel guinéen…), dans la précipitation, une semaine après le vote.Le sort est scellé malgré les agitations des opposants, qui se sont contredits tout au long du processus électoral.

Mais la France est, à notre avis, la seule et unique vainqueur des (élections ?) présidentielles ou « prévu-dentielles » en République de Guinée, encore victime de sa témérité d’avoir arraché l’indépendance en 1958 et humilié la France  qui voulait une « communauté », à son profit…Ce qui s’est passé dans ce pays, le dimanche 11 Octobre, est et restera une honte pour les guinéens, les africains et tous les peuples épris de démocratie et de dignité.

Le samedi matin donc, à six heures trente, j’ai capté la Radio France Internationale (Rfi), l’instrument de propagande de la France dans le monde, principalement en Afrique, pour appréhender le vent post électoral qui soufflait en Guinée, après une nuit de forte pluie sur Conakry, selon l’envoyer spécial, Guillaume Thibaut.

Dans son lancement, le présentateur a cité, je ne sais combien de fois, le nom du candidat sortant, Alpha Condé, comme potentiel vainqueur, après la fin de la comptabilisation des 92% de voix des électeurs. Au premier tour. Une victoire en Guinée, en Afrique de l’Ouest au premier tour ! Pas impossible mais c’était au temps du parti unique, avec la bénédiction des français, bien entendu.

La suite de l’interlocution a été pathétique, même pour les néophytes en journalisme, à plus forte raison, un journaliste bien formé. On sentait la complicité préprogrammée en les deux, qui préparaient l’opinion guinéenne à accepter, docilement, la victoire. Rfi, comme France24, jouait ainsi, son rôle de mise en exécution de la volonté et du choix de la France.

Des adolescents avec des cartes d’électeurs qui font la queue, au vu et au su de tout le monde, qui attendaient leur tour pour exercer leur « devoir cynique ?». Il fallait le faire, en Guinée. Faits cautionnés ou minimisés par les observateurs de l’Union Européenne, venus superviser le maintien des intérêts des occidentaux, notamment ceux de la France, en Guinée. Géopolitique des matières premières et ressources naturelles oblige.

A  Dakar, en Angola, à Abidjan et d’autres villes et pays du monde, des guinéens qui se sont inscrits sur les listes n’ont pas reçu leurs cartes pour les uns, pour les autres, les noms ne figuraient tout simplement pas sur le fichier électoral. Ça s’est confirmé même dans le pays, le jour du vote… Toutes les conditions de trucage du scrutin ont été créées et exécutées sous le nez de l’opposition qui croyait en sa victoire dans les rues de Conakry ou dans les autres villes du pays.

Coups d’Etats contre des dirigeants non conformistes à la volonté de l’Elysée ou du Quai d’Orsay, vente illégale d’armes pour déstabiliser un pays non aligné aux intérêts français, assassinats contre les chefs d’Etats insubordonnés à la Françafrique, et j’en passe. Autant de crimes politico-militaires à l’actif de l’Hexagone, au préjudice de peuples innocents, inoffensifs, juste victimes des leurs richesses dont les français ont besoin sans vouloir payer, ou payer très peu, pour maximiser le profit.

Les faits connus et révélés sont innombrables. L’Algérie, pour entamer la liste des faits anciens, pour l’Afrique, le Nigeria (la guerre pétrolière du Biafra) et le Vietnam, pour l’Asie.La France est prête à tout pour disposer des ressources naturelles dont elle a besoin, quitte à tuer ou renverser un régime.

Les violences et violations des droits dits de l’Homme commises  en Guinée, avant et pendant le règne d’Alpha Condé, par l’armée guinéenne, sont moins importantes que celles qu’a perpétrées Mouammar Kadhafi, liquidé par des rebelles, a-t-on montré et dit… Imposer des dictateurs violents ne nuit pas à la France, ni physiquement, ni moralement. Intérêts obligent.

Mamadou Lamine BA, citoyen sénégalais.

Tel : (00221) 70 203 16 81

Email : ballamine@gmail.com

Publicité
1 Commentaire

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

This message is only visible to admins:
Unable to display Facebook posts

Error: Error validating access token: The user has not authorized application 1332798716823516.
Type: OAuthException
Code: 190
Subcode: 458
Click here to Troubleshoot.
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.