Connect with us

Nicolas Sarkozy, véritable sauveur ou très beau parleur ?

Publié

Le

Au cours de sa carrière politique déjà bien remplie, Nicolas Sarkozy et ses soutiens historiques n’ont jamais hésité à revendiquer fièrement ses exploits. Parfois légitimes, d’autres fois sujets à débats et moqueries, Metronews fait le point sur ces coups d’éclat, qui n’en sont parfois pas vraiment.

De la Grèce au Tour de France, en passant par la démocratie et Alstom, Nicolas Sarkozy a toujours aimé endosser le rôle de sauveur. Une posture propre à la communication de l’ancien hyper-président, qui peut parfois interpeller face à la teneur de certains exploits annoncés. L’occasion de se demander, pour chacun de ces coups d’éclat, quelle fut son influence réelle.

► Nicolas Sarkozy, sauveur de la démocratie dans le monde ?
C’est à Henri Guaino qu’il faut attribuer cette théorie pour le peu surprenante. Lors d’un débat télévisé face à Marine Le Pen fin 2013, l’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, qui défendait bec et ongles le bilan du président, avait expliqué que si ce dernier n’avait pas forcé le G20 à prendre des mesures après la crise financière de 2008, « il n’y aurait plus de démocratie en France, en Europe et dans le monde ». Les plus taquins souligneront sans doute que la démocratie n’avait en revanche pas vécu ses plus belles heures, la même année. Nicolas Sarkozy avait en effet fait ratifier la Constitution européenne à l’Assemblée, trois ans après le « Non » des citoyens français au référendum. Ne reste plus qu’à espérer que « l’histoire rendra justice » à Nicolas Sarkozy, comme le dit si simplement la plume enflammée d’Henri Guaino.

► Nicolas Sarkozy, sauveur de la télévision publique ?
En 2008, alors que Nicolas Sarkozy annonce la suppression de la publicité sur France Télévision après 20 heures, le producteur Marin Karmitz explique au Monde que le président de la République a « peut-être sauvé France Télévisions ». Officiellement censée favoriser la production de contenus de qualité sans pression de l’audimat, la mesure est néanmoins très contestée par l’opposition qui soupçonne Nicolas Sarkozy de vouloir donner un coup de pouce aux médias concurrents (TF1, M6 et les petits nouveaux de la TNT). Un rapport parlementaire soulignera plus tard que la mesure a entraîné un manque à gagner pour l’Etat de 745,7 millions d’euros sur la période 2009-2013.

► Nicolas Sarkozy, sauveur du peuple libyen ?
En 2011, la France, alors présidée par Nicolas Sarkozy, intervient militairement en Libye contre Mouammar Kadhafi à Benghazi, berceau de l’insurrection libyenne. Après la chute de l’ex-dictateur, qui avait été reçu en grande pompe quelques années plus tôt en France par Nicolas Sarkozy lui-même, le président de la République se rend sur place où il est accueilli en « sauveur » par la population, rapportent les médias à cette époque. Depuis, Nicolas Sarkozy se fait en revanche beaucoup plus discret sur ce sujet, alors que le chaos règne désormais en Libye, et que l’intervention française a été très lourdement critiquée par de nombreux experts et politiques. Tout juste a-t-il expliqué récemment qu’on « avait laissé tomber la Libye ».

► Nicolas Sarkozy, sauveur de la maternelle de Neuilly ?
Ce fut l’un de ses premiers grands coups. Alors maire de Neuilly, Nicolas Sarkozy se distingue en 1993 quand un homme se faisant appeler « Human Bomb » prend en otage une école maternelle. Au centre des négociation avec le preneur d’otage (qui sera finalement tué lors de l’assaut du RAID), son rôle largement salué a néanmoins fait l’objet de nombreuses controverses, certains récits de l’histoire se révélant bien moins glorieux que d’autres.

► Nicolas Sarkozy, sauveur de la Grèce et de l’euro ?
En pleine crise grecque en 2010, Nicolas Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel sont main dans la main pour « sauver l’euro », formule largement reprise à ce moment. Un statut de sauveur de l’euro que le candidat à la présidentielle de 2012 ne reniait d’ailleurs pas lors d’un meeting à Villepinte, où il s’était dans le même temps autorisé un grand écart bien moins europhile en évoquant une sortie de Schengen. Mais comme tout super-héros, Sarkozy se retrouve une nouvelle fois avec quelques détracteurs sur ce sujet, avec en tête DSK, qui a qualifié de « cata » l’accord du sommet de Deauville en 2010, ajoutant qu’il y avait « rarement eu un sommet qui donne des résultats aussi négatifs ».

► Nicolas Sarkozy, sauveur d’Alstom ?
Lors de ses campagnes présidentielles de 2007 et 2012, le candidat Sarkozy n’avait pas hésité à se féliciter d’avoir « sauvé Alstom », groupe spécialisé dans les transports, en très grande difficulté en 2003, qui avait finalement bénéficié d’un plan de sauvetage de re-nationalisation partielle. Un habit de sauveur certes validé par Christian Estrosi, mais qui se heurte à quelques bémols. Mario Monti, alors conseiller pour Goldman Sachs, expliquait ainsi au Figaro en 2007 que Nicolas Sarkozy avait « légèrement embelli » son rôle dans le dossier, dans lequel il n’avait fait qu' »irruption » lors de négociations « déjà très avancées » avec la Commission européenne. Les plus tatillons souligneront aussi que l’irruption de Nicolas Sarkozy n’aura pas empêché le groupe de connaître de nouvelles grandes difficultés dix ans plus tard.

► Nicolas Sarkozy, sauveur du Tour de France 98 ?
Dans une récente interview donnée au Parisien, dans laquelle il se livre sur sa passion pour le cyclisme, le chef des Républicains se pose en sauveur du Tour de France 98, alors en pleine affaire Festina. « Le journal Le Monde demande l’annulation du Tour. Moi, j’appelle Jean-Marie Leblanc (alors directeur de l’épreuve), et je lui dis : ‘Je veux venir. Le Tour, on n’y touche pas’. Et on n’était pas nombreux à vouloir monter dans sa voiture cette année-là ! » raconte Nicolas Sarkozy. Mais si le joli coup de pédale de l’ancien président ne souffre d’aucune contestation, sa version a de quoi être légèrement nuancée. Alors en pleine queue de peloton après avoir soutenu Edouard Balladur et non Jacques Chirac à la présidentielle de 1995, l’influence de Nicolas Sarkozy était a priori relativement limitée à l’époque, malgré sa passion pour le vélo.

Metronews

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.