Connect with us

« Alpha Condé: « Les opposants en Guinée n’ont pour programme que de jeter des pierres et de casser »

Publié

Le

Le Chef de l’Etat guinéen Alpha Condé a récemment accordé une interview au journal français ‘’Le Monde’’. Dans cet entretien, plusieurs sujets brûlants de l’actualité nationale ont été passés au peigne fin dont entre autres, la crise politique, la crise sanitaire, et le cas du capitaine Dadis, ex-putschiste.

Parmi les multiples questions posées, nos confrères français ont demandé pourquoi ne pas satisfaire la demande de l’opposition qui veut la tenue d’élections communales avant la présidentielle fixée au 11 octobre. Sur ce, le Pr Alpha Condé n’est pas allé du dos de la cuillère. Il a tout simplement répondu que dans les accords signés entre le gouvernement et l’opposition, il n’est nullement inscrit l’organisation d’élections communales qui n’ont pas été organisées depuis 2005. «De toute façon, les mairies et les délégations [nommées par l’exécutifne jouent aucun rôle dans les élections. La preuve, nous avons eu des législatives [en septembre 2013] et le pouvoir n’a eu qu’une majorité relative », a laissé entendre Pr Alpha Condé. Plus loin il souligne que la Constitution prévoit que si l’élection présidentielle n’est pas organisée avant la fin du mandat, il n’y a plus de pouvoir.

Puis il s’en prend à l’opposition qui, selon lui, n’a aucun programme constructif à part ‘’semer des troubles’’. « Les opposants en Guinée n’ont pour programme que de jeter des pierres et de casser. Ils ont été très clairs en disant qu’ils allaient manifester jusqu’au renversement du pouvoir. Leur objectif est de créer le chaos, d’avoir beaucoup de morts pour arriver à une crise grave et au final un coup d’Etat militaire », a-t-il laissé entendre.

Sur la question de savoir pourquoi les forces de l’ordre continuent à tirer à balles réelles sur les manifestants, il a tout simplement répondu qu’aucun manifestant n’a été tué par balle et qu’au contraire, ce sont les gendarmes qui ont été blessés par des tirs. «La Guinée a connu un long passé dictatorial. J’ai fait des réformes mais ce n’est pas du jour au lendemain que l’on va changer les mentalités. On voudrait que je fasse de mon pays la Suède en quatre ans. Mais comment voulez-vous qu’un policier ou un gendarme qui a été habitué pendant vingt ans à taper change comme cela ? Il peut y avoir des bavures mais je fais tout pour qu’ils sortent sans fusil et qu’ils aient des grenades lacrymogènes », s’est il défendu.

Quand nos confrères ont demandé que plusieurs officiers suspectés d’être impliqués dans le massacre du 28 septembre 2009 ont été inculpés, et si l’on pouvait envisager l’ouverture de procès avant les élections, Alpha répond : « J’étais opposant à cette époque, mais en tant que chef d’Etat, j’assume tous les crimes de la Guinée. Un tribunal a été mis en place pour juger ces personnes. Il est protégé par ma garde présidentielle. Cela signifie que je souhaite ces procès, mais je ne me mêle pas de la justice, qui est indépendante ».

Revenant sur le cas du capitaine Dadis qui est toujours en exil au Burkina Faso, le journaliste a demandé au Pr  Alpha Condé que s’il considère que la place de Dadis Camara, en exil au Burkina ou à la Haye sur les bancs de la Cour pénale internationale. « Je n’ai pas à faire de commentaire sur cette question. C’est un ancien président et je le respecte », a-t-il simplement lâché.

Une synthèse d’Amadou Diallo pour guinee360.com

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.