Diérétou Diallo, la Blogueuse guinéenne qui ne manque pas de cran - Guinee360.com - Actualité en Guinée Diérétou Diallo, la Blogueuse guinéenne qui ne manque pas de cran - Guinee360.com - Actualité en Guinée
Search

Diérétou Diallo, la Blogueuse guinéenne qui ne manque pas de cran

 

Tête baissée, nez collé à l’écran de son smartphone, elle est à l’affût de la moindre nouvelle sur la Guinée ou en quête d’actualité internationale. Sourire en coin, regard franc, elle le répète à qui veut l’entendre : « je suis une addict de nouvelles technologies de l’information et de la communication. » nous avance-t-elle. Elle c’est Diérétou Diallo, 22 ans, blogueuse pour Radio France Internationale et Responsable de la commission de Communication Interne, Externe et Digitale de l’Association des Blogueurs Guinéens (ABLOGUI), association à l’initiative du projet Guinée Vote.

Et si vous suivez un petit peu la communauté guinéenne sur Twitter, vous verrez que ses tweets reviennent assez souvent. La jeune fille n’a pas sa langue dans sa poche. Elle dit ce qu’elle pense fusse-t-il du président guinéen dont il est question. Le 4 août dernier, son activisme sur les réseaux sociaux lui a valu d’être bannie du compte officiel du professeur Alpha Condé. Ce qu’elle n’a pas manqué de relater avec ironie dans un autre tweet  :

 

 

Après l’indignation qu’a suscitée ledit blocage sur les réseaux sociaux notamment parmi les twittos sénégalais et camerounais, l’équipe de managering en gestion du compte Twitter du président a jugé plus sage de la débloquer les jours qui ont suivi. Et ce n’est pas la première fois,  périodiquement elle et son équipe d’Abloguinéens mènent des campagnes médiatiques sur les réseaux sociaux contre certaines décisions du gouvernement guinée, la dernière en date : l’augmentation de la taxe de télécommunication subie par le consommateur guinéen. Bref vous l’aurez compris, c’est une jeune femme qui a du caractère et beaucoup d’ambition pour son pays la Guinée. Nous l’avons rencontrée à l’occasion du lancement de son projet de Web TV : www.entrenous.net

Guinée360 : Bonjour Mlle Diallo. Avant de commencer, nous aimerions savoir (et nous ne sommes pas les seuls je pense) ce que c’est qu’une web-tv ?

Dieretou Diallo : (rires) Bonjour Mr.Diallo, une web-tv ou webtélé, est la diffusion et la réception par une interface web de signaux vidéos, ce qui permet aux internautes de regarder du contenu vidéo à partir d’un navigateur Web. En plus simple, c’est regarder la télé sur  internet.

Guinée360 : C’est donc ce que vous envisagez de faire sur votre site entrenous.net ?

DD : Oui mais pas que. Oui parce qu’effectivement, j’y diffuserai du contenu vidéo que j’aurai moi-même produit et monté avec mon équipe technique en amont, il s’agit de l’agence « Audiovisuel Challenge » que je salue au passage. Et pas que, parce qu’en général lorsque les gens entendent web-télé, ils s’imaginent tout de suite du contenu livré en direct. Pour l’instant je ne ferai pas de direct sur ma chaîne, mais si les audiences suivent derrière c’est une perspective que je n’exclus pas. Par ailleurs sur mon nouveau site entrenous.net, je continuerai à bloguer puisque c’est avant tout ma première vocation.  D’un côté vous aurez mes billets habituels et de l’autre les émissions de la web-TV.

Guinée360 : Il s’agit d’un beau programme en effet. Quelle sera la ligne éditoriale de ces émissions et de cette web-tv en général ?

DD : La première cible reste la diaspora guinéenne, la seconde cible les guinéens vivant en Guinée et  ensuite par extension tous les Africains.  Nous mènerons des mini reportages sur la Guinée (nous irons peut-être tourner en Guinée, tout dépend vraiment de l’ampleur que prendra le projet.) des mini-reportages sur les modes et conditions de vies des Guinéens à l’extérieur, d’abord la France puis le Canada dans un premier temps… J’y animerai des débats avec des dirigeants, des hommes d’affaires, des employeurs, des entrepreneurs sur les préoccupations de la jeunesse Guinéenne. Les téléspectateurs et lecteurs pourront aussi faire des propositions de sujets sur lesquels nous nous ferons un plaisir de mener des investigations dans la mesure du possible et de nos fonds. (rires)

Guinée360 : Quels sont vos objectifs ?

DD : Notre priorité, c’est de fournir un canal d’expression accessible à la jeunesse guinéenne. Il y a dix ans, un projet de web-tv aurait été impossible en Guinée. Mais aujourd’hui la donne a changé avec le taux de pénétration Internet en Guinée qui a clairement augmenté. La plupart des jeunes disposent de Smartphones sur lesquels ils peuvent lire des vidéos. Le but c’est d’inspirer une nouvelle télévision guinéenne en phase avec les besoins modernes de la jeunesse, d’emmener cette télévision guinéenne sur internet mais aussi d’aborder des sujets tabous ou en tout cas volontairement ignorés par les médias traditionnels (RTG, Espace Tv, etc).

Nous, nous sommes une équipe de jeunes étudiants en majorité, nous ne sommes sous l’influence d’aucun gouvernement, ou d’annonceurs publicité. Nous bénéficions donc d’une liberté de ton qui nous permettra d’aborder tous les sujets qui nous viennent à l’esprit sans crainte d’être virés ou de nous faire taper les doigts.

Guinée 360 : Et comment l’initiative vous ai-t-elle venue ?

DD : Elle m’ait venue assez naturellement je dirai. Je fais des études de Presse écrite. Journalisme, c’est le métier que j’aimerais faire plus tard. Lorsque dernièrement j’ai interviewé le ministre guinéen de la jeunesse et de l’emploi des jeunes sur mon blog et que j’ai diffusé l’audio, j’ai eu plusieurs retours de gens qui me demandaient prochainement de filmer mes entrevues. Et je sais également que beaucoup de jeunes ne sont pas trop portés sur la lecture mais seraient plus enclins à regarder des images, donc l’idée de la web-TV s’est imposée d’elle-même sans compter qu’il n y a en a aucune en Guinée, du moins pas à ma connaissance.

Guinée 360 : Pourquoi pas la télévision directement ?

DD : Parce que je suis encore étudiante et que j’ai mon stage de fin de licence à réaliser. J’ai des horaires de cours fixes. Je pense que faire de la télévision (qui est un métier à part entière) n’est pas très bien compatible avec les études. Au moins avec ma web-TV je suis maître de mon planning et j’organise les entrevues et les reportages en fonction de mon emploi du temps à l’école. Passer à la télévision alors qu’on est encore sur les bancs, c’est à mon goût mettre la charrue avant les bœufs. Sans compter que je ne vois pas trop pour quelle télévision guinéenne je travaillerais en France ici… Mais dans deux ans quand j’aurais fini, pourquoi pas ? (rires)

Guinée360 : A-t-il été facile de trouver des personnes pour vous accompagner dans ce projet ?

DD : Tous ceux à qui j’ai demandé de me rejoindre dans ma folle aventure n’ont pas hésité une seconde. (rires). Nous travaillons tous ensemble et parfois à distance dans une atmosphère bonne enfant. Entre Nous TV reste un projet de jeune, fait par des jeunes et pour des Jeunes.

Guinée360 : Pourquoi « entre nous » ?

DD : Parce que cette Web TV se veut une plateforme où l’on echange mutuellement , où on met de côté nos préjugés et idées reçues et où l’on vient se confier amicalement et en toute gaieté

Propos recueillis par Abdrahmane Diallo




4 thoughts on “Diérétou Diallo, la Blogueuse guinéenne qui ne manque pas de cran

  1. diallo djenabou

    Franchement bon courage ma cousine.tu es un modèl à suivre. Nous les jeunes pouvons mieux faire pour la guinée. J’aimerai intégré votre groupe. Merci cordialement

  2. Mamadou Lamarana sow

    Aujourd’hui est un jour spécial, inoubliable pour moi d’apprendre qu’il existe une web TV guinéenne.
    Créer une plateforme pour la diaspora, la jeunesse guinéenne est une grande fierté pour toi, mais contribuer à la croissance de cette WebTV est un devoir pour toute la population guinéenne pas que la jeunesse.
    Je te remercie au fond du cœur pour ta passion, tes ambitions et surtout ta persévérance et reste entièrement à ta disposition.
    #224#NYBR c’est vous la new génération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *