Connect with us

Les opérateurs de saisie en colère contre le non respect des clauses du contrat

Publié

Le

Les opérateurs de saisie qui avaient pour mission la révision des listes électorales 2015 sont très remontés contre les mauvaises conditions de travail subies, et surtout le non respect des clauses de contrat initialement établies entre la société NTS et eux. Pour ce faire, ils envisagent d’enclencher une grève le jeudi 25 juin pour revendiquer leurs droits, à travers un grand rassemblement au niveau de l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry, et pour tous les autres de l’intérieur, devant les CEPI.
Selon ces opérateurs c’est un contrat à durée déterminée qui figure dans les clauses du contrat et non un contrat de prestation comme veut le faire croire la société qui les a commis à la tâche.
Selon Aliou Condé, opérateur de saisie à Ratoma, et porte parole des protestataires, ils ont signé un contrat à durée déterminée de 45 jours, d’un montant de 6 millions GNF avec la société NTS. « Le contrat stipule que nous serions payés à 3 millions mensuellement, vu que nous avons fait 45 jours l’employeur veut nous payer 4 500 000 GNF, ce qui est déjà fait à Conakry contrairement à certaines localités de l’intérieur du pays, où jusqu’à présent les opérateurs de saisie n’ont pas encore reçu leur argent », explique Aliou Condé.
Il soutient que les opérateurs de saisie ne réclament pas 4 500 000 GNF, mais plutôt les 6 000 000 GNF initialement prévus dans le contrat. Pour montrer leur détermination, les opérateurs de saisie ont déjà déposé une plainte à l’inspection générale du travail mais pour Aliou Condé, cette plainte ne fait ni chaud ni froid à la société NTS. « Nous avons donné notre version des faits le mardi 23 juin à l’inspection générale du travail, en déposant notre plainte, et ces derniers nous ont demandé de déposer la convocation au niveau de la société NTS, mais à notre grande surprise, l’employeur a refusé catégoriquement de prendre la plainte sous prétexte que la convocation n’a aucun motif et que même le nom du représentant est mal écrit », martèle le porte parole des opérateurs de saisie.
Aliou Condé affirme que leur souci majeur est de faire comprendre aux autorités et au peuple de Guinée, qu’ils ont fait un bon travail mais que leurs efforts n’ont pas été récompensés. Pour terminer, il a lancé un appel particulièrement à la CENI afin qu’elle puisse se pencher sur leurs cas afin de trouver une solution définitive.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.