Connect with us

Guinée : Interview avec Bakary Fofana, Président de la CENI

Publié

Le

« Nous prenons l’engagement  de mettre en œuvre les conclusions du dialogue »

Nous sommes à quatre mois du 11 octobre 2015, date fixée pour l’élection présidentielle. A notre micro, le président de la CENI répond à certaines questions notamment la révision des listes électorales, l’enrôlement des enfants dans le fichier et le dialogue politique inter guinéen.

Quel commentaire faites-vous sur la révision exceptionnelle des listes électorales ?

Bakary Fofana : Notre institution, la CENI (Commission Electorale  Nationale Indépendante) continue de progresser dans son agenda décliné lors de sa retraite de Kindia tenue le 10 Mars dernier. Déjà, la révision des listes électorales débutée le 24 Avril 2015, dans les circonscriptions électorales de l’intérieur du pays a pris fin le 8 Juin dernier. Et pour les Ambassades et Consulats la révision s’est déroulée du 10 Mai au 20 Juin 2015. Il est vrai que la révision a été marquée par des difficultés de toutes sortes que la CENI a essayé de résoudre dans le plus grand respect de la loi et du code électoral.

Certains hommes politiques accusent les agents recenseur d’enrôlement des enfants dans le fichier, votre réaction ?

Face à  des informations  relatives au recensement des enfants mineurs et des étrangers, la CENI a réagi par un communiqué mettant en garde les personnes concernées. Pour nous, celui qui l’affirme, qu’il garde les preuves jusqu’au moment de l’affichage. Nous vous rassurons que la CENI fera sortir tout étranger qui serait inscrit dans la liste électorale ou tout mineur âgé de moins de 18 ans qui se serait enrôlé à quelque endroit que ce soit.

En plus, nous avons aussi le monitoring à réaliser. Nous reviendrons dans les quartiers avec les listes électorales de 2013 et celles de 2015 en une seule liste et nous afficherons dans chaque quartier. «  Alors, vous pouvez indexer un mineur ou un étranger. »Et automatiquement la CENI radiera l’intéressé car la CENI fait tout pour obtenir un fichier propre, fiable base fondamentale d’une élection juste, transparente et crédible.

Il a été signalé également des réalités difficiles dans certains pays causées par le fait que certains Guinéens ne disposent d’aucun papier et attendent des pareils moments pour tenter de régulariser leur situation alors que la révision n’est pas faite pour cela. A partir de maintenant, la CENI se fixe un nouveau cap à savoir que la prochaine étape concernera le traitement des données collectées au site central. Dans ce cas, il sera notamment questions d’introduire dans la base des données, tous les citoyens qui se sont nouvellement faits enregistrer dans le fichier électoral en même temps comme ceux qui, entre les dernières élections législatives de 2013 et les prochaines élections ont changé de domicile et en dernière instance, radier tous les cas de décès.

Nous vous rappelons que le 5 Juin dernier, notre institution a reçu une mission exploratoire de l’Union Européenne dans le cadre d’un éventuel déploiement d’une mission d’observation électorale.

Nous avons saisi l’opportunité de cette audience pour présenter le niveau des préparatifs de l’élection présidentielle, expliqué aussi les difficultés financières et autres auxquelles la CENI reste confrontée. Enfin, nous avons exprimé la nécessité d’établir un partenariat entre la CENI et l’Union Européenne.

 

Quelle est la participation de la CENI au dialogue ?

Il est intéressant de signaler que notre Institution a accepté de geler toutes ses activités relatives aux élections Communales et Communautaires.

Nous avons pris cette initiative pour donner toutes les chances au dialogue politique entre la mouvance présidentielle et l’opposition. Dialogue qui a commencé le 18 juin dernier, au palais du peuple et auquel nous participons avec pour seule ambition: apporter notre modeste contribution pour  sa réussite. Les quelques jours de travaux, ont déjà permis à la mouvance et à l’opposition de décider l’annulation du chronogramme des élections communales.

Pour notre part, nous prenons l’engagement  de mettre en œuvre les conclusions du dialogue, qui, pour l’essentiel, permettront d’organiser des élections présidentielles et communales apaisées, transparentes, crédibles et acceptées de tous. Enfin, notre Institution ne managera aucun effort pour le respect du chronogramme annoncé le 10 Mars à Kindia.

Publicité
1 Commentaire

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.