Connect with us

Justice : des parents de détenus portent plainte contre un juge

Publié

Le

Depuis près de deux mois, six jeunes sont détenus à la maison centrale de Conakry. Ils avaient été arrêtés le 7 janvier lors de toute première marche de l’opposition en 2015. Les parents de ces prévenus viennent de porter plainte contre le juge d’instruction de Dixinn chargé du dossier.

Thierno Souleymane Baldé, l’avocat des prévenus, a animé mardi une conférence de presse avec les parents des six jeunes détenus. Lors de cette rencontre, Me Thierno Souleymane a fait savoir que le droit de ses clients ont été ‘’bafoués’’ par le juge d’instruction du tribunal de première instance de Dixinn.

Dans son intervention, Me Baldé affirme avoir déposé sa lettre de constitution pour défendre les jeunes dès leurs arrestations. Ce qui voudrait dire, selon lui, qu’il doit être informé du déroulement de la procédure.

« Cela signifie aussi que quand les prévenus doivent être auditionnés, je dois être informé à l’avance pour que je puisse assister à l’audition », a-t-il souligné, regrettant qu’il ne sait rien de l’affaire, puisqu’il n’est pas mis au courant de rien. « Depuis leur arrestation le 7 janvier, on ne nous informe pas lorsqu’il y a des auditions. On n’a pas accès au dossier. Nous ne savons rien du tout», a-t-il ajouté.

Pire, quand il écrit au juge, il n’a pas de réponse. Le cours qu’il a aussi introduit au niveau de la chambre d’accusation n’a pas servi à grand-chose, puisqu’il n’y a pas eu de réponse. Et les détenus ne savent non plus les charges qui pèsent sur eux.

Les parents n’avaient donc de recours qu’au conseil de la magistrature suprême, notamment le président du conseil de discipline.

« Nous les parents de MM. Amadou BAH, Souleymane DIALLO, Ousmane SYLLA, Mamadou Aliou DIALLO, Thierno Mamadou Ciré DIOP, Mamadou Aliou BARRY et Boubacar DIALLO, décidons de saisir la Commission de Discipline du Conseil Supérieur de la Magistrature afin de constater la violation des articles 1, 8 et 9 de la Constitution ainsi que les articles 84, 116, 120, 140, 142, 147, 181 et 189 du Code pénal et par conséquent prendre les mesures appropriées contre le juge, auteur de ces violations », ont écrit les parents des détenus dans une déclaration dont GUINEE360 détient copie.

Si ces parents ont eu raison devant le juge d’instruction, ce dernier pourra être soit suspendu, averti, etc. En tout cas, les parents exigent que des mesures qui s’imposent soient prises afin de mettre fin aux violations des droits de leurs enfants.

El Hassane

Publicité
Publicité

GUINEE360 TV

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

This message is only visible to admins:
Unable to display Facebook posts

Error: Error validating access token: The user has not authorized application 1332798716823516.
Type: OAuthException
Code: 190
Subcode: 458
Click here to Troubleshoot.
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.