Connect with us

Grands Lacs – L’envoyé spécial des USA démissionne

Publié

Le

La décision de M. Feingold devrait soulager plusieurs chefs d’Etats de la sous-région, que l’émissaire américain ne ménageait pas, notamment à propos de leur volonté réelle ou supposée de se maintenir en poste après l’expiration de leurs mandats fixés par la Constitution.

C’est le cas en RDC, où Russ Feingold a, à plusieurs reprises, exprimé sa position contre un maintien du président Kabila au-delà de 2016.

Russ Feingold était en fonction depuis juin 2013. Et à chaque occasion il n’hésitait pas à rappeler aux dirigeants de la sous-région que les Etats Unis étaient opposés à toute réforme de la loi fondamentale qui permettrait aux actuels dirigeants de se maintenir en poste au-delà des limites fixées par la Constitution.

Avec le président de la RDC, les tensions se sont articulées non seulement autour de l’éventuelle modification de la Constitution qui permettrait à celui-ci de briguer un troisième mandat en 2016, mais aussi à propos de l’épineuse question du désarmement des FDLR, rebelles hutu rwandais qui opèrent à l’Est du Congo.

Les nombreuses déclarations du diplomate ont fini par agacer Kinshasa, qui par la bouche de Lambert Mende, porte-parole du gouvernement, avait déclaré que « M. Feingold n’était ni gouverneur général ni proconsul des Etats Unis au Congo » et que l’émissaire d’Obama n’avait pas « à se prononcer sur les affaires intérieures » de la RDC.

Kinshasa ne cache pas son soulagement de voir partir un émissaire encombrant. « Il n’est plus envoyé spécial donc cela ne nous pose plus de problème. Nous regardons de l’avant » a estimé Lambert Mende juste après l’annonce du départ de Russ Feingold.

Publicité
Publicité

GUINEE360 TV

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction iconsPLUS DE VIDÉOS
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.