Connect with us

Guinée: Des enseignants contractuels continuent de réclamer leur intégration à la Fonction publique

Publié

Le

Dans un entretien téléphonique accordé à notre rédaction, Kanté Aly Badra, professeur d’Economie et porte-parole des enseignants contractuels a réitéré l’engagement de ces derniers à poursuivre la grève jusqu’à leur intégration sans condition à la Fonction publique.

M. Kanté a dit d’entrée qu’ils évoluaient dans les écoles privées lorsqu’ils ont été identifiés par certains responsables de l’éducation pour venir soutenir le projet du professeur Alpha Condé dans l’éducation après son élection en 2010. Selon lui, ce projet était l’amélioration du niveau des élèves dans l’enseignement public.

“Ils nous ont promis de nous engager dès le premier concours de recrutement. C’est sur ce, qu’on nous a engagés. Convaincu du sens de responsabilité du président Condé, nous avons accepté les propositions. On s’est engagé dans cette dynamique.On a fait trois(3) ans d’abord sans rien. Mais avec l’espoir qui a été donné, les enseignants ont renoncé à leurs privilèges dans les écoles privées. On s’est investi et c’est le peu qu’on gagnait dans les privées qu’on dépensait pour aller donner les cours dans les écoles publiques. Lors du premier concours, les mêmes autorités sont venues nous demander des diplômes, des CV en nous disant que ce n’est pas la peine de nous déplacer pour aller déposer à la fonction publique. Au résultat de ce 1er concours, personne d’entre nous n’a été admis. Cela a été une grande déception pour nous. Au premier test, ils ont pris des mécaniciens, des maçons, des commerçants pour dispenser des cours dans certains établissements. Donc, ce concours a été un véritable échec.”, se souvient Kanté Aly Badra.

Poursuivant, notre interlocuteur a promis que les enseignants contractuels userons de tous leurs moyens légaux pour qu’ils soient rétablis dans leurs droits.

“Nous réclamons notre intégration dans la fonction publique sans condition. Ces gens-là nous ont utilisés, ils nous ont exploités comme si nous ne sommes pas des fils de la Guinée. Nous sommes prêts à investir tous nos moyens légaux pour que nous soyons rétablis dans nos droits. Nous sommes en train de travailler dans ce sens. On a des séries d’activités à mener pour nous faire entendre. Certaines autorités ont commencé à venir nous rencontrer mais nous restons prudent pour ne pas nous laisser berner encore. La plupart de ces contractuels ont fait six ans ou sept ans avec le département. Je profite de l’occasion pour demander au président de la république de nous accorder une opportunité pour nous entendre et nous donner des explications sur ce dossier”, a-t-il conclu.

 

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.