Connect with us

Ce que Sidya Touré pense de la rencontre de Sékhoutouréya, candidature de Dadis, Kaleta…

Publié

Le

Dans une interview qu’il a accordée à PLUS224, le président de l’Union des forces républicaines (UFR) s’est exprimé sur la rencontre entre le chef de file de l’opposition et le président de la République, l’émission de nouveaux billets par la BCRG, la candidature du Capitaine Moussa Dadis, le barrage de Kaleta.  Lisez l’interview!

Plus224 : M. Sidya Touré, quelle appréciation faites-vous de la rencontre entre MM. Alpha Condé et Cellou Dalein?

Sidya Touré: Difficile. Nous savons que le compte rendu qui nous en  a été fait, apparemment, ça été un monologue. Cellou a expliqué la position de l’opposition et d’après ce qu’il nous a dit,  Alpha a demandé de lui donner le temps afin qu’il puisse  consulter la mouvance présidentielle. Ce que je ne comprends pas, dans la mesure où la coordinatrice du Rpg avait été déjà reçue, il y a deux semaines. Mais mieux que cela,  le président de la République est le président du RPG.

Donc, je pense que s’il (M. Alpha Condé, ndlr) avait une quelconque volonté de trouver des solutions, il aurait pu nous les  proposer ce mercredi 20 mai 2015. J’estime donc que  c’est une opération juste de communication au niveau de la présidence. Je ne crois pas trop cette manière. Nous pouvons aboutir rapidement à un dialogue fructueux et nous et la communauté internationale,  nous l’attendons.

Pensez-vous que cette rencontre aura des impacts?

Il ne peut pas avoir d’impacts puisqu’il n’y a pas eu de propositions. Il y a juste eu une discussion. Malheureusement, on aurait dû demander à Alpha de s’expliquer parce que c’est lui qui a lancé cette invitation. Quand vous invitez une personne, c’est pour discuter et non l’écouter. Je n’ai pas bien compris comment s’est déroulée cette rencontre.

On murmure en coulisse qu’il y aurait un malentendu entre l’UFR et l’UFDG. Que se passe-t-il au juste?

Il ne faut pas qu’on parle de ce genre de choses. On parle de la situation actuelle de notre pays. J’ai été un grand responsable dans ce pays. Je ne peux pas me permettre à passer mon temps à discuter des problèmes de ce genre. Est-ce qu’on dit en tant qu’opposant, on doit se poser la question si on est sur la voie de l’alternance en 2015.

Que pensez-vous de la candidature à la présidentielle du capitaine Moussa Dadis Camara ?

Ecoutez! Actuellement, je ne vois pas juridiquement ce qui pourrait compromettre la possibilité de quelqu’un d’être candidat en Guinée. En attendant, si cette décision de justice n’existe  pas, j’estime que nous sommes tous citoyens de notre pays. Par conséquent, chacun a le droit d’être électeur et éligible.

Et si le capitaine Moussa Dadis Camara revenait et demandait à se rallier à votre parti UFR, quelle va être votre réaction ?

Je crois qu’il y a beaucoup de si. Attendons de  voir ce qui va se passer.

Parlons maintenant de l’électricité. Pensez-vous que le barrage de Kaléta va subvenir aux besoins de la population ?

Aujourd’hui, ce que je puis vous dire, un barrage de 240 Mégawatts qui est en fonctionnement correct, peut être suffisant pour ravitailler les zones qui sont connectées dans notre pays.

Mais le problème, c’est qu’un barrage dans notre zone ici ne fonctionne pas toute l’année. Il y a ce qu’on appelle des périodes  d’étiage, moment où le niveau d’eau est très bas. Dans ces conditions, quel qu’en soit ce qu’on dira de Kaleta, il faut des centrales thermiques pour adosser cela et nous permettre de disposer de courant pendant toute l’année.

C’est la raison pour laquelle, il l’aurait fallu investir dans des thermiques depuis longtemps. On ne l’a pas fait ou tantôt. On a tenté de le faire; c’est terminé dans une corruption inimaginable.

Deux cents millions de dollars ont été dépensés dans une centrale thermique de 100 mégawatts qui se trouve en pièces détachées derrière la RTG. C’est bien dommage parce que c’est comme ça qu’on apprécie les résultats du travail d’un gouvernement. Cela fait 5 ans que nous attendons l’électricité. Il parait qu’un milliard de dollars a été dépensé dans ce secteur. Je me demande, c’était pour faire quoi exactement.

En tant qu’économiste, que diriez-vous de l’émission par la BCRG des billets de 20.000 GNF ?

C’est l’augmentation de la valeur faciale de la monnaie. Cela a beaucoup d’intérêts pour la banque centrale parce qu’elle dépense moins d’argent pour fabriquer plus de valeurs monétaires.

En soi, je n’en  vois pas trop l’utilité qu’il y eut fallu pour se battre un peu plus pour donner de la valeur à la monnaie que nous avons car les billets de 10 mille sont égaux à 1 euro. Je pense que  le combat était à ce niveau. Ce n’est pas en fabriquant des nouveaux billets avec une valeur faciale plus élevée qu’on va résoudre quoi que ce soit.

Jean Marie Doré vous a accusé d’être le responsable de tout ce qui se passe actuellement dans le pays.  Qu’en dites-vous ?

Je n’ai pas écouté çà. En tout cas, je n’étais pas responsable dans la transition. Je ne réponds pas à une telle accusation  personnelle. Je ne l’ai pas entendu. C’est avec vous que je l’ai entendu.

Si on vous demandait de coupler les élections communales et présidentielle, quelle serait votre réaction ? 

Ce n’est pas notre objectif. C’est pourquoi nous nous battons. C’est de faire en sorte que nous soyons présents dans le processus électoral et la présidentielle. Et pour cela, les élections locales permettraient d’avoir des représentants dans les 304 Communautés Rurales de Développement (CRD) de la Guinée et les 33 préfectures et communes urbaines.

Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Donc en les couplant, çà ne résout pas le problème de notre absence dans cette structure à la base.

C’est qu’en les faisant avant, nous aurons cette représentativité parce que c’est une élection proportionnelle. C’est qui nous permettrait d’impacter sur les élections présidentielles. Pour finir, je vais dire que je suis renforcé dans notre position.  Parce que j’ai fait un tour dans mon village et les villages environnants. Ce que j’ai constaté, le responsable du district  nommé par le pouvoir en place est celui qui reçoit les jeunes gens qui viennent pour les cartes.

Il les nourrit  et leur donne où se coucher et en général l’Etat leur a rien donné en arrivant. Donc ils sont totalement dépendants de ces nommés à la base qui dépendent de l’Administration et qui ont en main tout le système de la révision des listes.

Quand il sera question de distribuer les cartes d’électeurs, ça sera la même chose. C’est d’autant plus important pour nous que ces élections de base se tiennent…

Avec Plus224.com

 

 

Publicité
Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.