Connect with us

Guinee : Révision des lites électorales, Gemalto se plaint et dresse son bilan à mi-parcours

Publié

Le

Dans une de nos publications, nous dénoncions l’allergie de Gemalto face à la presse. Il a fallu cet état de fait que la société Gemalto ouvre ses portes à la presse. En voici le résultat de cette ouverture qui donne le bilan à mi-parcours des opérations d’enrôlement.

Le processus de révision de la liste électorale pour l’année 2015 a été officiellement lancé le 24 avril 2015. New Tech Solution, responsable de la mise en œuvre opérationnelle des activités en lien avec GEMALTO, assure la coordination des activités d’enrôlement sur le terrain en partenariat avec la CENI et ses démembrements (CECI, CEPI, CESPI). Depuis  le 24 avril 2015, environs  500 000 personnes ont été enrôlées.

Après le recrutement et la formation des agents de NTS, le déploiement s’est effectué en deux étapes. La première étape à été le déploiement de 476 adjoints coordinateurs de circonscriptions électorales (ACCE) et 4418 opérateurs de saisie (OPK). Ce déploiement s’est réalisé  du  20 au 23 avril 2015, sur toute l’étendue du territoire national.

La seconde étape a été le déploiement des Supports Techniques Secondaires (STS) et les Administrateurs de Serveurs Régionaux.

Pour la gestion des opérations de support, elle obéit à l’architecture retenue dans le plan global de gestion des opérations de support. Lorsqu’un problème technique intervient au niveau d’une Carle, l’opérateur de saisie informe son Adjoint Coordinateur qui, si le problème est au niveau zéro, peut apporter des solutions. Par contre si le problème détecté est à un niveau élevé, l’adjoint coordinateur à son tour informe le coordinateur qui, contactera le support technique secondaire basé à la préfecture.

Gemalto dénonce le manque de communication et de sensibilisation

Au démarrage des opérations d’enrôlement, le taux de participation était très faible. Cette faiblesse était due à l’absence d’une communication appropriée auprès de la population. Avec une population  à 65% analphabètes, la sensibilisation autour de l’enrôlement a été négligée. C’est après une semaine démarrage des opérations d’enrôlement, que la CENI a procédé à la réalisation d’un spot radiotélévisé pour informer la population du démarrage.

Principaux problèmes rencontrés sur le terrain

Les difficultés rencontrées depuis le démarrage des opérations d’enrôlement sur le terrain sont entre autres : Incohérence entre le découpage administratif et le fichier électoral dans la base : Cas : Dalaba, Beyla, Kouroussa, grève des membres de Carles; l’indisponibilité de la CEPI pour le démarrage des opérations dans certaines zones (Kaloum, Dinguiraye, Koundara, Dalaba) ;refus de la population d’accepter des opérateurs venus d’ailleurs (Kérouané, Dinguiraye); le déploiement tardif des kits dans les Carles et l’affichage des listes électorales dans certaines zones; l’absence de sensibilisation des populations à la base en langues nationales ; les manifestations politiques, bloquant le déroulement des opérations d’enrôlement dans les zones favorables à l’opposition (la Commune de Ratoma, Labé, Koubia) ; menaces des jeunes de Ratoma pour l’enrôlement des jeunes de moins de 18 ans.

Comment expliquer les nombreuses plaintes des opérateurs de saisie vis-à-vis des conditions de travail telles que relayées par les média ?

Les nombreuses plaintes des opérateurs de saisie sont  dues à l’impatience des opérateurs qui désiraient des avances sur salaire avant d’être sur les lieux de travail, le retard accusé pour le paiement de leurs indemnités, à cela s’ajoute l’absence des kits sanitaires qui devrait être fournis par la CENI.

Collaboration avec les agents de La Ceni

La Collaboration avec les agents de la CENI a été difficile par endroit pour des  raisons, liées aux conditions de prise en charge. Les membres des Carles avaient grevé par endroit pour l’augmentation de leur salaire et cette réalité bloquait le travail des agents de NTS sur le terrain. Sinon il y a la synergie dans le travail entre les opérateurs de saisie et les agents de la CENI (CARLE, CEPI).

Démarrage des opérations d’enrôlement à l’étranger

L’enrôlement à l’extérieur a été lancé dans 18 pays (France, Belgique, Allemagne, Pays Bas, Espagne, Angola, Gabon, Mali, Côte d’ivoire, Sénégal, Guinée Bissau, Sierra Léone, Libéria, Maroc, Gambie, Nigéria), 16 agents ont été déployés dans les 16 pays. Le  démarrage des opérations d’enrôlement n’a pas obéit au même rythme que celui de la Guinée. Des difficultés d’ordres diplomatiques liées à l’obtention des visas par les opérateurs de saisie ont contribué au retard accusé pour le démarrage de l’enrôlement à l’étranger. Néanmoins, les opérations ont démarré le 13 avril 2015 dans bons nombre de pays et le dernier (Gambie) à démarré seulement le 18 avril 2015.

Par Condé aly badara |

Publicité
Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.