Connect with us

Guinée: Souleymane Traoré «Il faut mille milliards GNF pour réhabiliter le réseau routier »

Publié

Le

Guinée: Souleymane Traoré «Il faut mille milliards GNF pour réhabiliter le réseau routier ». C’est une annonce faite ce jeudi 20 octobre 2016 par le directeur général du Fonds d’Entretien Routier (FER), qui précise que le réseau routier guinéen est dégradé à 60%.   

Dans son explication, il a indiqué que la dégradation de nos routes a dépassé le stade de l’entretien et qu’elles sont dans la phase de la réhabilitation.  « Le programme d’urgence élaboré par le ministère des Travaux Publics et validé par gouvernement est d’intervenir sur l’ensemble du réseau routier. C’est-à-dire, le réseau urbain de la capitale Conakry et le réseau interurbain car, les dégradations ont atteint un niveau que nous ne sommes plus au stade d’entretien des routes mais plutôt à la réhabilitation. Pour la ville de Conakry, le coût se chiffre à 220 milliards, un montant qui est largement au dessous du budget annuel du FER. Pour l’ensemble du pays, le coût s’élève  à mille milliards de francs guinéens ».     

D’après les études, poursuit M. Traoré, le réseau routier guinéen de bon état est entre 30% à 40% alors que  celui de mouvais état se situe entre 50% à 60%. «  Les routes nationales qui supportent toutes les charges de transport sont fortement dégradées », a précisé l’invité de nos confrères de la radio Lynx fm.  

 Sur la même lancée, Souleymane Traoré a souligné que la réhabilitation des routes ne relève pas de sa compétence mais plutôt,  sa mission est de financer les entretiens des routes.  « Le Fonds d’entretien routier est un établissement à caractère industriel et commercial sous la tutelle du ministère des TP. Il a pour mission de mobiliser et de financer l’entretien du réseau routier.  A ce titre, nous ne devons  pas en principe intervenir dans la réhabilitation des routes. D’ailleurs, le décret 114 du 28 novembre 2000 nous interdit de financer la réhabilitation ou la construction des routes ».  

Le Fonds d’entretien routier reçoit 250 GNF sur chaque litre de carburant en Guinée

« Dans un pays comme le nôtre, il faut pouvoir dire clairement les choses telles qu’elles sont car, il y a beaucoup de choses qui se racontent et qui n’ont rien à avoir avec la réalité. Le FER est un conseil d’administration composé de tous les organismes publics et privés. Effectivement, nous recevons 250 GNF par litre vendu à la pompe ce qui fait 140 à 160 milliards par an selon les années. On nous demande d’entretenir un réseau routier de 70%  dégradé qui fait plus de 43 mille kilomètres ainsi que l’ensemble des pistes rurales.  Par exemple, la route corniche sud de Madina dans la commune de Matam fait  23 à 26 milliards de francs guinéens, Labé-Mali fait 15 milliards de francs guinéens. Vous faites la proportion et vous enlevez dans 160 milliards. Par contre, au Mali  430 à 530 GNF sont retenus sur chaque litre de carburant vendu. En  Côte d’Ivoire aussi, 800 GNF sont retenus sur chaque litre vendu et sans compter les vignettes qui sont reversées au FER. C’est pourquoi, le département des TP et même l’Union européenne ont demandé depuis le 10ème  FED (fonds européen de développement) à ce que les ressources du FER soient revues à la hausse. La réalité est que les montants sont largement insuffisants », a-t-il expliqué.

Avec : GN

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.