Connect with us

La candidature de Dadis est une insulte au peuple de Guinée, selon l’OGDH

Publié

Le

La Fédération internationale de défense des droits de l’homme et sa filiale guinéenne, OGDH ont animé une conférence de presse mercredi pour parler de leurs préoccupations suite à l’annonce de la candidature de Dadis.

Cette annonce, selon ces organisations, ne devrait en aucun cas servir d’alibi à l’ex-chef de la junte d’échapper à la justice.

Pour le président de l’Organisation de défense des droits de l’homme et du citoyen, Thierno Maadjou Sow, cette candidature est une ‘’insulte’’ aux Guinéens : «Le retour de Dadis Camara dans le jeu politique est une insulte faite aux victimes du massacre du stade du 28 septembre 2009 et au peuple guinéen dans son ensemble. C’est devant la justice guinéenne qu’il devrait se présenter et non à l’élection présidentielle. Lorsqu’il était au pouvoir, Dadis Camara a violé chacun des 10 engagements pour les droits humains et une élection présidentielle apaisée, que nos organisations demandent aujourd’hui aux candidats d’endosser pour faire de la présidentielle de 2015, un moment de démocratie sans violence

Mme Saouhayr BELHASSEN, présidente la Fédération internationale de défense des droits de l’homme (FIDH) a affirmé qu’il faut que les juges guinéens se rendent à Ouagadougou pour entendre Dadis : « Dadis Camara a été entendu pour les juges burkinabés. Cette fois, ce sont les juges guinéens qui doivent l’entendre. » Mais, selon Mme Souhayr, il faut l’autorisation de la justice burkinabé. Et la FIDH y travaille déjà : «C’est réellement à la fois une volonté politique, évidemment des autorités burkinabés pour autoriser les juges guinéens à se rendre à Ouagadougou. Là nous avons insisté de divers canaux, y compris diplomatiques, pour que ce verrou puisse sauter. Nous espérons que ce dossier, du moins au niveau de l’instruction, puisse être clos avant les élections. »

Quant à Mme Asmaou Diallo, présidente de l’Association des victimes, parents et amis du massacre du 28 septembre 2009 (AVIPA), elle a indiqué que Dadis ne devrait pas ‘’songer à revenir sur la scène politique guinéenne’’, puisqu’une demande de son inculpation pour le massacre du 28 septembre doit se faire par la justice guinéenne.

Publicité
Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.