Connect with us

Immigration: des jeunes guinéennes exploitées en Egypte

Publié

Le

L’annonce a été faite par Mohamed Hady Barry membre du bureau politique national du parti au pouvoir en Guinée et secrétaire général du ministère des affaires étrangères au cours d’une rencontre avec les partisans d’Alpha Condé le samedi 17 décembre 2016 au siège du RPG-Arc-en-ciel.

Pour lui, l’immigration est un problème réel qui interpelle la communauté internationale et les autorités de la république de Guinée.

“L’année 2016 a été une année triste pour la plupart des familles guinéennes parce que nous avons perdu une centaine de nos jeunes dont l’âge varie entre 15, 16, 18 et 20 ans. Certains ont été noyés dans la mer méditerranée, d’autres ont perdu leur vie dans le désert dans leur tentative d’aller en aventure à la recherche du bien être pour eux-mêmes et leurs familles. Le RPG compatit à la douleur de toutes ces familles. Il est important que le RPG-Arc-en-ciel se saisisse de ce problème et essaye de sensibiliser les familles pour leur dire de ne pas pousser leurs enfants à aller coûte que coûte vers l’aventure. L’immigration est bon mais il faudrait que ça s’organise dans les conditions qui respectent la sécurité, la santé de l’immigrant”, affirme Monsieur Barry.

Des centaines de guinéens dans des situations très difficiles à l’extérieur, explique ce proche d’Alpha Condé

“Vous connaissez comment nos enfants vivent en Angola. Aujourd’hui en Algérie, nous sommes en train de mettre en place un programme pour rapatrier 270 jeunes qui ont volontairement demander qu’on les assiste afin qu’ils reviennent parce que là où ils sont, ils ne mangent pas à leur faim, ils ne boivent pas de l’eau propre et ils sont harcelés. C’est un problème réel. Aujourd’hui en Egypte, nous avons des jeunes filles qui ont été embarquées à partir de Conakry pour aller être employées comme des bonnes, des servantes. Et le plus souvent quand elles arrivent, leurs passeports sont  confisqués. Elles travaillent, on ne les payent pas et elles ne peuvent pas protester. Nous avons les mêmes cas au Niger où nous avons environ 300 jeunes guinéens qui ont sollicité l’appui du gouvernement, de l’OIM pour qu’on les aide afin qu’ils reviennent. Nous avons les mêmes problèmes en Belgique où des jeunes guinéens arrêtés sont en attente d’être expulsés”.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.