Connect with us

Á l’aurore de ce second mandat, ma Guinée balbutie ! [CHRONIQUE PARTIE 1]

Publié

Le

C’est avec un regard très contrasté que j’observe furtivement les faits marquant ce pays africain aux immenses richesses dont la nature a fait grâce qui est la Guinée.

Cet article à caractère apolitique vient jeter le pavé sur la gouvernance de notre chère patrie. Les récentes grognes sociales en disent long et témoignent à plus d’un titre de la conjoncture qui sévit dans le pays, tous secteurs y compris.

Cette deuxième mi-temps devrait quand bien même sonner le glas et mettre fin aux bavures dans la gestion voire la rectification des erreurs commises durant la première mandature « démocratique ».  Le bilan de la gouvernance 2010-2015 n’est pas reluisant d’un point de vue économique, politique, social et sanitaire.

Il est impératif qu’un bilan élogieux soit fait au risque de perpétrer les mêmes quiproquos. Pour camoufler les piètres performances, les dirigeants assènent des arguments à l’endroit de la fièvre hémorragique à virus Ebola, mais force est de constater que la Guinée n’a pas été le seul pays à connaitre une épidémie de cette ampleur. Cependant,  permettez-moi d’affirmer clairement que cette épidémie a mis à nuit un système de santé obsolète et vétuste. Ses conséquences sanitaires, économiques et sociales sont incontestables et sans ambages aux yeux de tous. Toutefois, il était de la responsabilité des gouvernants de mettre en place un certain nombre de mesures idoines ainsi que les recommandations définies par l’organisation mondiale de la santé afin de mieux parer à de telles dérives.

Mon prérequis n’intronise en aucun cas une comparaison illusionniste, simplement j’entends mettre en lumière le fait que bon nombre de pays ont traversé des périodes aussi dures. S’attarder sur notre sort n’avancera point le pays dans la mesure où rien n’avait été fait auparavant  pour prévenir des évènements d’une telle ampleur. En revanche, édifié des bases saines d’une relance post-Ebola demeure la seule issue pertinente pour amorcer notre développement. Aujourd’hui, tous les indicateurs macro-économiques sont rouges de sorte que le peuple glapi tant la paupérisation est de taille.

Il eut fallu une semaine d’immobilisme administratif afin d’accéder à la quasi-totalité des revendications lors du précédent mouvement de grève sachant que les points d’accords n’ont pas encore fait l’objet d’une approbation définitive par nos honorables députés à des fins de budget.

L’état avait-t-il besoin d’une réaction aussi lente dans un pays où l’économie vacille ?

Le corps syndical a bien entendu pour mission de défendre les intérêts des travailleurs voire du peuple. Ils sont mandatés à des fins non politiques. Le gouvernement s’insurge contre la baisse drastique du coût du carburant à la pompe au détriment du peuple et justifie cette attitude par un impact négatif sur les recettes au risque d’annihiler certains objectifs. L’un dans l’autre, l’état se doit une baisse du prix du litre compte tenu de la chute vertigineuse du baril à l’échelle internationale; cette aubaine devrait plutôt permettre d’améliorer le pouvoir d’achat dans la mesure où tous les guinéens de l’intérieur sont tributaires de cette denrée pétrolière. Plus loin, les effets positifs de telles actions auraient été notables dans les marchés locaux où les prix constituent au quotidien un casse-tête pour les classes moyennes et pauvres. Á cela, aurait pu s’adjoindre une amélioration du pouvoir d’achat par la simple baisse des coûts de transports des produits qui représentent une charge pas moindre.

En dépit de cette conjoncture ahurissante, le début de l’année connu une augmentation de la TVA sur certains produits consommés ou utilisés au quotidien. Loin d’être un négationniste des différentes formes d’impôts car ils demeurent l’une des principales sources de financement de l’état (la construction d’infrastructures bien entendu et tant d’autres), il est essentiel d’établir le bien fondé et la pertinence de cette hausse aux yeux de l’opinion et non pas usé de cette voie pour dissimuler une gestion calamiteuse.

DIALLO M-Hassimiou

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.