Connect with us

Guinée: Bano Barry explique l’impact dans la sous-région de l’intervention armée en Gambie

Publié

Le

Dans un entretien téléphonique avec notre reporter dans la soirée de ce jeudi 19 janvier 2017, le sociologue Alpha Amadou Bano Barry a dit que l’option militaire est une forme de diplomatie et cela va dissuader  aux dirigeants et à ceux qui souhaitent accéder à des fonctions.

Pour lui, poser alternative entre diplomatie et activité militaire, c’est une erreur d’appréciation.

“En réalité l’option militaire est une forme de diplomatie. On agite la force, pour obtenir la possibilité de négocier. Si vous rentrez dans un processus de négociation avec un homme qui a des forces armées et il  n’est dans une situation où il croit qu’on ne peut utiliser une autre force armée supérieure à celle qu’il possède, ce sera difficile d’arriver à une solution. Ce n’est pas entre la guerre et la négociation, c’est en réalité deux éléments compatibles d’un processus.

Quel impact d’une telle intervention?

“Ce sera un précédent et comme tel, naturellement tous les dirigeants ou les personnes qui souhaitent un jour accédées à des fonctions vont avoir de l’inquiétude en se disant que si ça se passe comme ça avec Yaya, il est possible que ça se passe demain. Mais en même temps, si rien n’est fait, ça veut dire qu’en réalité, que la communauté internationale est capable de laisser quelqu’un rester au pouvoir même lorsqu’il est battu aux élections. Et ça sera la porte ouverte d’une possibilité pour d’autres personnes. Dans l’un ou l’autre, nous sommes dans un cas de figure inédit”.  

En répondant à ceux qui parlent d’ingérence, Dr Bano affirme que ces Etats ont signé et ratifié des engagements. “On n’a forcé personne pour aller signer et ratifier par son assemblée nationale. “Si vous engagez votre pays dans une communauté d’Etats, vous signez des engagements internationaux en indiquant vous allez respecter tel ou tel paramètre, si vous ne faites pas, vous allez vous retrouver dans une situation un jour où vous serez obligé d’assumer les conséquences”, a-t-il indiqué.

Aux dires de cet universitaire, le problème n’est pas une ingérence parce que selon lui, c’est déjà prévu dans les textes que les uns et les autres ont signé.

 

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.