Connect with us

Guinée : un témoignage qui en dit long sur Bah Oury

Publié

Le

Il y a 19 ans, le Professeur Alfa Sow, président de l’Union des Forces Démocratiques (UFD) parlait du caractère de Bah Oury. Aujourd’hui, la vérité de ce discours éclate au grand jour.

Depuis son exil en France après l’attaque qui a visé le domicile du président Alpha Condé, Bah Oury ne cesse d’avoir des critiques acerbes contre Cellou Dalein Diallo et les leaders de l’opposition guinéenne.

Chaque fois que le président Alpha Condé invite ses opposants ou que ces derniers participent à un dialogue politique, Bah Oury sort ses griffes, qualifiant l’opposition de docile face au pouvoir autocratique d’Alpha Condé. Pour Bah Oury, un dialogue ne fera jamais plier Alpha Condé. Il faut donc s’opposer à lui de façon plus féroce. Toutes ces situations ont conduit Bah Oury à sortir dans les médias pour tirer sur son président, violant ainsi les textes de loi du parti. D’où le motif de sa suspension en 2014 pour une période de trois mois.

Après l’implication de plusieurs dignitaires peulhs, notamment des Sénégalais, les deux ont pu enterrer la hache de guerre. Mais c’était sans connaitre l’homme. Car il reprendra un peu plus tard ses habitudes. A l’occasion des élections législatives, il a été placé en deuxième position sur la liste nationale. Mais il a rejeté cette proposition, disant qu’il n’est pas intéressé. Il voulait que ces élections soient boycottées par l’UFDG. Pourtant, la meilleure façon de boycotter ces élections, c’était d’inscrire Bah Oury, qui est condamné à perpétuité. La Cour suprême n’allait pas valider cette liste à cause de son inscription.

Après avoir dénoncé la participation de l’UFDG à l’élection présidentielle de 2015, Bah Oury accuse Cellou Dalein d’être le responsable des différents échecs du parti à toutes les élections. Et tout d’un coup, Alpha Condé qu’il fallait chasser de force devient le Moise dont l’arrivée au pouvoir est une chance pour les Guinéens. Avait-il signé un deal avec son ennemi d’hier ? En tout cas, peu après, ils se sont rencontrés à Paris. Puis il a obtenu le cadeau de Noël. Depuis, il s’est senti plus fort que jamais. Rentré au pays le 24 janvier 2016, il a été reçu au siège du parti. Au lieu de remercier les responsables du parti, comme il l’a fait à l’égard d’autres personnes à sa décente d’avion, Bah Oury s’est directement adressé aux militants. Mais ces derniers l’ont arrêté tout de suite quand il a commencé ses accusations. Une chose qui devrait être un conseil pour lui. Mais hélas ! Il a multiplié les attaques dans différents médias. Exclu du parti à cause de cette ‘’indiscipline’’ et ‘’insubordination’’, il s’est entêté à participer à une réunion du bureau exécutif du parti. Ce qui a conduit au meurtre du journaliste El hadj Mohamed Diallo.

Mais quelqu’un avait vu, il y a une vingtaine d’années, ce qui se passe aujourd’hui. C’est en l’occurrence, le Professeur Alfa Sow, fondateur de l’Union des forces démocratiques (UFD). Bah Oury était dans ce parti, avant de quitter et aller créer avec six autres personnes, l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG).

Voici ce qu’avait dit le Professeur Alfa Sow de Bah Oury à l’époque: «C’est un homme impatient, impulsif, provocateur et brut. Mon petit frère Bah Oury confond le combat politique au combat de la rue. C’est un intellectuel, mais hélas, son tempérament ne lui permet pas de faire valoir ses talents à ce rythme. Je ne le vois pas conduire un groupe. C’est un perturbateur qui va toujours se heurter au bon sens. Ce n’est pas un meneur d’hommes. Ce n’est pas un chef.»

Après près de vingt ans, on trouve la vérité dans ce discours.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.