Connect with us

Guinée : Abdou Wahab Ben Geloune « Mon rêve avec le Soumba… »

Publié

Le

Le président du Football Soumba est un passionné de foot. Dans une interview qu’il a accordé à nos confrères de Foot224 , Abdou Wahab Ben Geloune a révélé comment il a atterri dans le milieu du football. Il a aussi évoqué avec nous le conflit entre Amara Traoré et le secrétaire général du club, analysé la saison précédente et surtout livré son rêve le plus cher avec le club de Dubreka. Bonne lecture !

FOOT224 : On vous connaissait dans les sociétés de distribution d’images télévisées. Mais depuis bientôt deux saisons, vous êtes arrivé dans le sport. Comment vous vous êtes retrouvé dans le monde du foot ?

Abdou Wahab : Un problème de passion. J’ai toujours aimé aller au stade pour supporter. J’ai assisté à de grands événements sportifs comme des matchs, des finales de champions ligue et j’ai fais une demi-finale de coupe du monde. Donc forcément quand on travaille dans l’univers Canal plus, on sait que le moteur de nos ventes, c’est surtout le sport. Donc on ne peut être que passionné.

FOOT224 : Pourquoi avoir choisi le FC Soumba de Dubreka ?

Abdou Wahab : D’abord une question d’opportunité. Parce que c’est l’un des clubs qui recherchait quand même un bailleur et la proximité avec Conakry. Je rappelle quand même que Dubreka est l’une des premières villes en Guinée où il y a le plus d’industries. Les sociétés y sont concentrées et c’est une ville que j’apprécie bien. Que ça soit la population ou les supporters. J’ai vu que c’est une équipe qui avait un vécu qui se ressemblait un peu à mon parcours. C’est-à-dire qui a fait des hauts et des bas. C’est une équipe qui avait besoin d’un investisseur pour montrer tout le potentiel qu’elle avait. C’est pourquoi je suis allé à Dubréka.

FOOT224 : Dans quelle condition vous avez pris le club ? On nous parle d’un franc symbolique selon nos informations…

Abdou Wahab : C’est vrai on ne m’a réclamé quoi que se soit. Quand vous venez reprendre un club, il faut savoir que pratiquement vous n’achetez rien, vous venez plutôt pour investir (…) C’est quelqu’un qui vient investir et en retour vous ne vous attendez à pratiquement rien du tout. C’est juste des dépenses.

FOOT224 : Avant votre arrivée au FC Soumba, le club était sous la tutelle du district. Aujourd’hui vous en êtes le seul gestionnaire ? 

Oui je suis le seul répondant. J’ai un secrétaire général. J’ai un staff qui est là. Mais le club m’appartient. On est en ligue maintenant, les clubs sont des sociétés. La société Soumba existe.

FOOT224 : Est-ce que le district qui vous a donc céder le club contre un franc symbolique vous a assigné des objectifs à atteindre ?

Abdou Wahab : Oui forcément. Ce ne sont pas des objectifs. Mais on s’est dit voici une charte dans laquelle, on va travailler entre guillemets. Par exemple, je ne dois pas délocaliser les matchs, entre guillemets je dois aider le club dans ses infrastructures, entre guillemets je dois rémunérer les joueurs (…) il n’y a pas mal de paramètres (…) ça c’était quand on était dans un championnat amateur. Aujourd’hui, tout ce qu’il demande ne figure pas dans les statuts de la ligue. Les statuts eux-mêmes imposent que ça ne devient plus une exception, mais la règle.

FOOT224 : Vous êtes donc au FC Soumba depuis deux saisons. Etes-vous satisfait des résultats du club ?

Abdou Wahab : On est satisfait dans la mesure où Soumba n’était pas habitué à une telle régularité dans le championnat de première division. Aujourd’hui, je pense que même dans la mémoire des gens, on n’ose pas imaginer Soumba relégable ou Soumba jouer en deuxième division. Parce qu’on a amené ce qu’il faut pour pouvoir titiller le haut du tableau. L’année dernière, on a bien fait et on a fini troisième et cette année on a un peu moins bien fait, on termine cinquième. Pour moi c’est déjà un objectif qui est atteint.

FOOT224 : Cette saison n’a pas été comme la précédente durant laquelle Soumba donnait du fil à retordre à ses adversaires surtout à domicile. Lors de la 21ème journée par exemple, votre équipe a perdu 3-1 contre le CIK à domicile. En fin de saison vous avez fini 5ème. Comment l’expliquez-vous ?

Abdou Wahab : Cette année le championnat a été beaucoup plus disputé. (…) On a bien commencé le championnat, mais on nous a imposé un arrêt du championnat  qui ne le justifiait pas parce qu’on avait un calendrier de cinq matchs et ça été arrêté au bout de cinq matchs alors que nous on était vraiment dans notre dynamique. Et après, on n’avait pas la date de reprise assez tôt. Donc on est resté dans un flou total et ça nous a fortement porté préjudice (…) ça créée un certain déséquilibre chez nous. Donc, l’arrêt du championnat au bout de trois journées où on n’était premier avec 9 points, ça été vraiment un coup pour nous. Pourtant on savait que le CHAN allait se tenir et on a fait un calendrier (…) Quand vous dites qu’on a battu beaucoup d’équipes. Je vous rappelle qu’on a battu le champion en titre dès l’ouverture et on a été battre Kamsar chez elle et on battu Tico chez nous. Ça été les trois premiers matches.

FOOT224 : Votre club a connu assez de bruit cette saison. Entre Amara Traoré et votre secrétaire général ce n’était pas le parfait amour. Ils s’attaquaient par médias interposés et finalement Amara n’était plus visible lors des matchs de Soumba. Pouvez-vous revenir sur feuilleton ?

Abdou Wahab : Tout ce que je peux vous dire, ce qu’à un moment donné moi j’étais à l’extérieur pour des soins. Ce problème s’est posé alors que moi j’étais à Paris et j’en ai longuement discuté avec monsieur Amara Traoré et avec monsieur Ousmane Kaba (Ndlr, Kaba est le secrétaire général du club). C’était vraiment dommage qu’on puisse en arriver là très franchement. C’est un épisode qui m’a beaucoup touché parce que ce sont deux personnes sur lesquelles humainement, je compte beaucoup et qui ont beaucoup apporté au club, que ça soit monsieur Kaba ou Traoré. Vous savez quand vous gérer une chose, il faudrait toujours qu’il y ait des antagonistes pour que les choses avancent. C’est normal. Deux personnes qui ont deux idées différentes, mais qui ont toujours le même but (…) c’est normal. C’est sur la base des discussions que vous arrivez à sortir une conclusion (…) A un moment donné je pense que la sortie au niveau des journaux a été quelque chose de vraiment dommage. Je ne pensais pas qu’on allait en arriver là. Mais après c’est une chose qui s’est résolue d’elle même très rapidement.

FOOT224 : Comment vous avez géré cela à votre retour parce que vous n’étiez pas au pays…

Abdou Wahab : Je n’étais pas au pays. Je suis arrivé et j’ai eu à discuter avec les deux protagonistes. Je ne vais me mettre dans les journaux et parler de quelque chose que j’ai déjà reproché aux deux protagonistes (…) C’est un événement malheureux pour moi qu’on doit dépasser.

FOOT224 : Amara Traoré disait qu’il est venu aider son frère et qu’il n’avait pas de contrat avec Soumba. Vous confirmez ?

Abdou Wahab : Signer un contrat ? Non. Un contrat formel on ne l’a pas signé. Mais aujourd’hui quand vous êtes en Guinée, vous devez connaître quand même la législation du pays. Quand il y a rémunération et subordination, je pense que ça équivaut à un contrat. Ce n’est pas moi qui le dis. C’est la législation guinéenne qui le dit.

FOOT224 : Nous avons aussi appris le retour d’Idrissa Soumah sur le banc du FC Soumba. Lui qui a écrit les plus belles pages de l’histoire du club a été limogé en juin 2015. Qu’est ce qui explique son retour aux affaires ?

Abdou Wahab : Si on ne sait pas où aller, on revient à la case de départ (…) Monsieur Songo (NDLR, surnom d’Idrissa Soumah) et nous, ça n’a jamais été un problème de malhonnêteté  ou quoi que ce soit. C’est un problème d’informations qui a fait qu’à un moment on n’a arrêté notre collaboration (…) Pour le peu de temps qui reste pour faire la coupe, il me fallait quelqu’un qui pouvait bien connaître les joueurs et je pense que la personne la mieux indiquée, c’est monsieur Soumah. (…) Maintenant on veut s’inscrire dans la stabilité et dans la durée. C’est notre souhait.

FOOT224 : Cette saison, la Guinée a expérimenté sa première année en professionnel avec la LGFP. Quel est votre commentaire sur la ligue ?

Abdou Wahab : On ne peut pas dire que tout est parfait. C’est normal, c’est la première année (…) Je ne peux que féliciter la ligue pour avoir organiser le championnat en un temps record. Je pense que la signature a été arrachée à la dernière minute pour installer la ligue. Mais malgré, on a eu plus de subvention que l’année dernière. On n’a pas eu de matchs à rejouer (…) je pense que vraiment c’est un plus. Et cette année, on eu des trophées même si je dis que mon grand frère (NDLR, Antonio Souaré) a tout raflé, mais on a eu des trophées quand même (rires).

FOOT224 : Avez-vous des recommandations ?

Abdou Wahab : Personnellement NON. Parce que si je dis que je vais faire des recommandations, ce serait égoïste. Je ne prendrais en compte que sur le Soumba. J’aurai aimé qu’avec les autres homologues des autres clubs, qu’on puisse s’asseoir et qu’on discute ensemble de ce qui fait avancer les choses pour tout le monde.

FOOT224 : Comment se fait le traitement des joueurs dans votre équipe ?

Abdou Wahab : C’est à dire ?

FOOT224 : Evidement je fais allusion aux primes des joueurs et du staff technique…

Abdou Wahab : Ils ont leur prime et ils ont leur salaire. Ce que la ligue nous demande, je pense qu’on est au delà de ce que la ligue nous demande. La ligue nous demande d’avoir dix (10) qui sont salariés. Je pense que chez moi, tout le monde est salarié y compris les stagiaires.

FOOT224 : La dernière saison vous a coûté combien de façon globale ?

Abdou Wahab : Ça a coûté beaucoup d’argent. Je vais dire beaucoup. Je préfère ça. Pour moi, parler d’argent c’est un peu se flatter soi-même. C’est peut-être montrer que Wahab a les moyens de mettre X montant sur un truc. Et je n’ai pas été éduqué comme ça. J’ai été éduqué dans la modestie. A savoir garder secrètement ce qu’on fait pour les gens (…) je ne paye mal personne. Je paye hyper bien. Mais je pense que par respect pour les gens qui m’entourent, il y a des choses que je ne dirai pas. En ce qui concerne l’argent, NON !

FOOT224 : Votre plus grand rêve avec Soumba ?

Abdou Wahab : C’est d’aller en campagne africaine (…) C’est de savoir qu’on représente tout une nation qui aime le football.

FOOT224 : Un mot aux supporters du club…

Abdou Wahab : Aux supporters de Soumba (rires), je vais leur demander d’être encore plus motivés derrière leur club. D’éviter de dire, moi je suis de la ville et d’autres sont de Néguéya. Je pense que Dubréka, c’est tout Dubréka (…) De surtout mieux supporter leur club. De faire à l’image des gens de l’AS Kaloum. Je suis très fan de l’AS Kaloum. Pas du club, mais des supporters du club. Ce sont des gens qui vivent le football. Aujourd’hui, ce sont des gens qui sont prêts à payer pour aller suivre les matchs d’entraînement. On devrait en faire autant pour Soumba. Je pense que la passion est là pour Soumba. Il faut que les jeunes s’investissent encore plus pour leur club.

FOOT224 : Merci monsieur Abdou Wahab Bengeloune

Abdou Wahab : Merci à vous

Propos recueillis par Alhassane N’Dirè DIALLO

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.