Connect with us

Guinée : la mort d’un grand gouverneur de Conakry

Publié

Le

S’il y a un grand gouverneur célèbre qui aura été nommé à la tête de l’administration décentralisée de la capitale guinéenne ces quatre dernières décennies, c’est bien celui là qui a tiré sa révérence ce dimanche 17 juillet 2016 dans une clinique de Conakry.

M’bemba Bangoura, car il s’agit bien de cet homme tonitruant parfois, disent certains, mais qui sait être jovial, utile à sa société, respectueux de l’autorité et de la personne humaine tout cours, cet enseignant à la rhétorique riche et abondante qui maîtrisait et manipulait à souhait la langue de Molière, faisant preuve également d’une vaste culture coranique, s’en est allé ce mi-juillet de grandes pluies en répondant à l’appel de l’éternel.

L’on se souviendra que cet homme dont le nom ‘’M’Bemba’’ évoque le respect dans l’une des langues de notre pays dans laquelle ce substantif signifie ‘’grand père’’, était régulièrement de blanc vêtu, symbole de pureté, expression de la sincérité de son caractère profondément humaniste dans le secret de son âme de fervent croyant. Car, dit-on, l’âme n’a rien de secret que le comportement ne dévoile. Ce comportement, feu M’Bemba Bangoura l’a traduit en engagement dans les multiples services que le défunt a rendus à son pays. Ces anciens élèves sous la première République parlent par exemple d’un enseignant exemplaire et d’un pédagogue qui force l’admiration et le respect.

Devenu gouverneur de Conakry sous la deuxième République, l’homme s’est surtout illustré dans les opérations d’assainissement, la régulation de l’occupation des emprises des routes, particulièrement aux alentours des grands marchés de la capitale. Il intensifiera ses attributions de principal animateur de la vie dans la cité en allant jusqu’à faire certaines apparitions appréciées par la gente féminine et la jeunesse dans certains sabars et/ou réjouissances de quartier pour partager ces genres de retrouvailles des Conakrikas, afin d’avoir l’œil surtout en tant que gouverneur. Moulé dans le creuset de la révolution, à ses détracteurs, le gouverneur M’Bemba disait très souvent que le premier responsable d’une capitale comme Conakry ne doit pas se contenter de s’enfermer dans un bureau douillet coupé des collectivités.

Accusé d’avoir fleurté par laxisme avec des trafiquants de drogue, par la bande à Dadis pendant la transition militaire aux lendemains du décès du général-président Lansana Conté, l’homme qui était gouverneur de Faranah à l’époque des faits incriminés sera, plus tard, libéré faute de preuves tangibles pour étayer les accusations. Et c’est peut être pour cela que, se fondant sur la bonne moralité et les qualités d’administrateur de M’Bemba Bangoura, le chef de l’Etat, Alpha Condé le réhabilitera en le plaçant à la tête de la délégation spéciale de Dixinn, le quartier latin de Conakry.

Les Conakrikas saluent donc le parcours d’un gouverneur qui restera dans leur conscient collectif, l’un des meilleurs dirigeants qui aura occupé ce poste, ces quatre dernières décennies. Que la terre de Guinée qu’il a tant aimée et servit lui soit légère et qu’Allah l’accueille dans son Paradis éternel.

 GN

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.