Un attentat-suicide à la voiture piégée contre un camp du MOC ( Mécanisme Opérationnel de Coordination ) abritant des troupes gouvernementales et des combattants des groupes armés a fait plus d’une trentaine de morts, mercredi matin à Gao.

Ce matin aux alentours de 9h, à Gao, un véhicule piégé avec à son bord un Kamikaze, s’est fait exploser dans la camp du MOC de Gao, à un moment où les combattants des groupes armés étaient rassemblés, tuant plus d’une trentaine de personne .

La véhicule 4×4 du Kamikaze portait les insignes du MOC et a pu passer le contrôle avant d’accéder à l’intérieur du camp. « C’etait un véhicule du MOC, il a pu entrer dans le camp, je pense donc qu’il devait avoir un badge », explique un habitant joint au téléphone. « Ils devait être infiltré dans les mouvements qui sont à l’intérieur», ajoute-t-il. Un premier bilan faisait état de 37 morts, mais ce bilan risque de s’alourdir, car sur place comptabiliser le nombre de victimes est très difficile, les nombreux corps impactés par l’explosion ayant été déchiquetés. Les principales victimes seraient des combattants des mouvements armés.

Le camp MOC de Gao accueille les éléments des FAMA ainsi que des combattants de la CMA et de la Plateforme, qui devait prochainement patrouiller ensemble dans le cadre des patrouilles mixtes, conformément à un accord de paix négocié par l’ONU visant à apaiser la violence dans le désert nordique du Mali.

« Ce n’est pas la Minusma ou Barkhane qui ont été visé, ce sont des combattants maliens. Ça va créer une certaine peur au niveau des populations une certaine réticence vis à vis de Barkhane et autres », déplore ce témoin joint au téléphone.

Le ministre de la Défense, Abdoulaye Maiga, à la tête d’une délégation est parti pour Gao alors que le président IBK a décrété 3 jours de deuil national.

Journal du Mali