Connect with us

Guinée : La diplomatie climatique 2016, on en parle à Conakry

Publié

Le

La semaine de la ‘’diplomatie climatique 2016’’ est une occasion offerte aux missions de l’Union Européenne et ses Etats membres de communiquer sur les défis du changement climatique. La délégation de l’UE et les missions des pays européens représentés en Guinée ont animé une conférence de presse ce vendredi 16 septembre 2016 à Conakry. Gerardus Gielen, chef de la délégation de l’Union Européenne, et ses collègues ont apporté des précisions sur le processus de la convention sur les changements climatiques après la COP21 et ses enjeux pour la Guinée.    

                                                                                                                                  Le défi du changement climatique est un acte prioritaire de la politique internationale, estiment ces diplomates. La COP21 s’est achevée par la signature d’un accord qui, pour la première fois, oblige tous les pays du monde à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Gerrardus Gielen, ambassadeur de la délégation de l’Union Européenne en Guinée, s’est félicité de cet accord : « Le résultat fructueux de Paris est l’aboutissement de plusieurs années de dur labeur. Nous devons tous être fiers de ce qui a été réalisé à Paris, car il est temps de traduire les paroles en action et faire en sorte que l’accord de Paris soit mis en  œuvre dans son intégralité … »

Jean Marc Grossgurin, ambassadeur de France en Guinée est, lui, revenu sur l’importance  de la signature de cet accord : ‘’Cet accord souligne l’importance de prévenir, de minimiser et de remédier à la perte et aux dommages associes au changement climatique…’’

Gerrardus Gielen a expliqué l’intérêt pour la Guinée de ratifier cet accord : ‘’ Si la Guinée, sur les bases de ses projections économiques à l’horizon 2030, a pris l’engagement de réduire son émission de gaz à effet de serre de 13%, alors cet engagement vise à protéger et à pérenniser ses ressources naturelles du pays, à contribuer le plus efficacement possible à son développement durable…’’

Cet accord n’entre en vigueur, a dit l’ambassadeur de France en Guinée, que lorsque les pays qui produisent des gaz à effet de serre l’auront ratifié : «L’accord de Paris, il faut en être conscient, n’entrera en vigueur que lorsqu’au moins 55 pays représentant 55% des gaz à effet de serre l’auront ratifié. Et Il y’a un engagement réaffirmé de mobiliser au moins 100 milliards d’euros par an jusqu’à 2025 mais ce serait important que tout le monde ratifie cet accord…’’

Les diplomates ont également parlé des énergies renouvelables évoquées à la COP 21 à Paris en novembre 2015. L’engagement européen dans ces énergies renouvelables en Afrique sub-saharienne sur la période 2016-2020 sera de 1 milliard 500 millions d’euros.

A rappeler que le Président guinéen Alpha Condé a été désigné par ses pairs de l’Union africaine (UA) en janvier 2016 comme Coordinateur de l’énergie en Afrique et porte-parole du plan d’électrification de l’Afrique dans « le domaine des énergies renouvelables au niveau de la CEDEAO et au niveau continental ».

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.