Connect with us

Guinée : Atlético de Coleah « On a du mal à payer le transport des joueurs pour venir aux entraînements »

Publié

Le

Actuel 10ème de ligue 1, l’Atlético de Coléah traverse une situation financière difficile. Minkael Sylla, fondateur du club, est à la quête d’un président et lance un cri d’alarme.

En ligue 1 depuis 13 ans, l’Atlético de Coléah sombre dans les méandres de la crise. Le club qui était dirigé par Jean Jacques Grenier, est sans président depuis le départ de cet homme d’affaires français. Autrefois un des clubs les mieux huppés sur le plan financier, Tico vit actuellement au jour le jour et peine à joindre les deux bouts.

Avec ce manque de bailleur, l’Atletico fait face à d’énormes difficultés financières. Selon son fondateur, Minkael Sylla, l’équipe a même du mal à couvrir les frais de transports pour l’entraînement des joueurs. « Le club traverse une situation difficile aujourd’hui parce que ça fait deux ans je n’ai pas de président. Donc depuis le départ de Monsieur Jean Jacques Grenier, c’est moi qui suis à la tête du club. Je vis difficilement avec le club. Pour le transport des entraînements par exemple, ça fait défaut. Par jour, ça me coûte trois cent mille francs guinéens. Je gagne cette somme difficilement et avec l’aide des gens »  s’est-t-il plaint avant de préciser qu’il est à la recherche d’un nouveau bailleur, « Je suis à la recherche d’un président ou des partenaires pour que je puisse travailler avec eux. Ceux qui viendront avec moi, ne vont pas regretter. Aujourd’hui le football est devenu une entreprise ».

Le passage au statut professionnel n’a pas eu d’impact sur la situation financière du club. C’est du moins ce qui ressort des propos de son fondateur. « La ligue de football, c’est le nom parce que les enfants jouent sans les salaires. Pas seulement chez moi. Parmi les douze (12) clubs, il y a peut-être trois clubs qui payent leurs joueurs ou quatre clubs. (…) avec la ligue professionnelle il faut que les choses soient dans les meilleures conditions pour qu’on puisse aller de l’avant. La subvention est insuffisante. Soixante millions de francs guinéens ? Un club de ligue 1 qui a douze matchs pour combien de déplacements ? Soixante millions ne peut t’amener même pour cinq matchs. (…) c’est un problème et les soixante millions sont insuffisants vraiment.  (…) La prime de victoire chez moi, c’est à trois cent mille francs guinéens par personne ».

Tico de Coleah qui a pourtant connu des jours meilleurs, a été surtout réputé pour son instabilité. C’est l’un des clubs qui limoge le plus d’entraîneur en ligue 1. Du temps de Jean Jacques Grenier, le club n’a remporté le moindre titre malgré les grands moyens investis par le patron de la société Getma Guinée. Toutefois, il n’est pas question pour Minka de vendre le club.

Il préfère un bail, « Je ne peux pas me faire tuer aussi à cause du football. Si vous voyez que je suis là derrière les enfants, c’est parce que je vis. A un moment donné, si je ne peux plus, je ne peux plus. Je ne peux pas me sacrifier (…). Avec l’allure, ça ne peut pas aller, parce que le football c’est les moyens. S’il n’y a pas de moyens, tu ne peux pas t’en sortir. Je peux bailler le club, mais je ne peux pas le vendre. Parce que vendre le club, ça veut dire que je me suis vendu moi-même. (…) Je prie le bon Dieu que ceci ne m’arrive pas ».

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.