Connect with us

Eau et Electricité : La fausse promesse d’Alpha Condé

Publié

Le

Malgré ces nombreuses ressources naturelles, la Guinée est confrontée à des problèmes d’électricité et d’accès à l’eau potable. Cette situation affecte les conditions de vie des Guinéens et freine le développement économique du pays.

Pour faire du rêve « Eau et électricité pour tous » une réalité, les différents régimes qui se sont succédés  au pouvoir, ont fait des promesses, mais le problème persiste toujours. En 2009, la junte militaire (CNDD), dirigée par Moussa Dadis Camara avait lancé une campagne de construction de forages dans certaines zones défavorisées de Conakry, pour, disait-elle, «mettre fin au spectacle désolant de ces centaines de femmes et d’enfants, bidons et bassines sur la tête, en quête perpétuelle d’eau».
Mais, le projet n’a pas eu les résultats escomptés à cause d’un manque de financement extérieur et de l’amateurisme des initiateurs du projet. La corruption, qui gangrène le système de gestion du secteur de l’eau et de l’électricité, avait également contribué à l’échec du programme.

Cependant, dans sa campagne présidentielle de 2010, le président du RPG avait juré de vaincre ce signe indien. Ainsi, depuis décembre 2010, le pouvoir Condé a entrepris des efforts pour doter le pays d’équipements d’adduction d’eau et d’électricité afin de mettre fin aux longues pénuries d’eau et aux délestages fréquents.

C’est à cet effet que le 4ème projet Eau de Guinée a été initié en 2011 et qui visait la couverture de l’ensemble des 33 centres urbains du pays, l’augmentation de la consommation de 40 à 63 litres par jour et par personne à l’horizon 2015 à Conakry et à 55 litres par jour et par personne dans les centres de l’intérieur du pays. Résultat insatisfaisant, parole politique.
Dans le secteur de l’énergie, des travaux de réhabilitation et d’extension des réseaux électriques de Conakry sont restés sans résultats probants et ils sont cofinancés par la BID et la Banque africaine de développement (BAD) à hauteur de 193,937 millions d’euros. Des centrales thermiques d’adjonction pour la desserte en électricité de la zone de Conakry sont également en construction sur certains sites. A quant la fin des travaux débutés depuis 2011.

Le nombre d’abonnés de la Société des eaux de Guinée (SEG) est de 110.415 dans tout le pays, selon la SEG, tandis qu’Electricité de Guinée (EDG) compte quelque 60.000 abonnés dans la région de Conakry qui croupissent sous le poids du délestage à vie. L’argument principal pour parer à cette crise d’eau et d’électricité est tout simple : Les autres gouvernants n’ont investi que pour des travaux  de courte durée.

En somme, de nombreux observateurs pensent que le président Condé a lamentablement échoué et ne pourra plus promettre pour briquer un second mandat, de l’eau et de l’électricité aux guinéens insatisfait des cinq dernières années de sa gestion.

Publicité
Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.