Connect with us

Pourquoi diable se faire appeler « Black M » ? (Chronique)

Publié

Le

Alpha Diallo est son nom. Retenez-le ! Il reviendra de Verdun 2016 comme il est revenu de Verdun 1916.

Le rap est l’héritier, tout d’abord, des plantations. Le savent-ils même, ces censeurs du vendredi saint qui se sont abattus sur l’enthousiasme d’un gamin de 32 ans ?

D’abord chants de travail (Work Songs) et cris rythmés (Fields Hollers) par les fouets des plantations esclavagistes européennes, c’est d’abord dans la tristesse des années sombres du 18ème siècle, que les afro-descendants inventent un genre musical qui va révolutionner le monde et témoigner de l’humanité déniée par la cupidité et la haine de ceux qui ont fermé leur cœur à l’acceptation de la Vie, à la célébration de l’Amour. Cette spiritualité, tendrement recueillie dans les églises protestantes, donne naissance aux musiques sacrées que sont le Negro Spiritual et le Gospel où la voix, j’allais dire le cri, issu de l’Afrique, fouette le sol américain d’une transe venue d’outre-tombe. C’est pourtant en fouillant jusqu’à s’y perdre, mais pour faire corps, la tradition américaine des Minstrel Show (où des comédiens blancs grimaient la vie des noirs dans les plantations américaines), que la première forme de Jazz, d’abord exclusivement instrumental, le Rag Time, apparaît dans les faubourgs des grandes villes du Nord-américain. Mais c’est Billy Holiday qui ramène la voix, les voix du peuple noir, dans le Jazz avec le Scat, cette onomatopée rythmée qui va s’emparer du monde dans les années 30. La  Soul, profane par excellence, culmine dans les années 70  avant d’éclater vers le Rhythm and Blues (R&B), le Disco et le Funk. Inspirant des musiciens blancs fougueux qui reprennent le style criard, abandonnent le piano pour la guitare électrique pour donner naissance au Rock.

Et quand des ghettos de New York, le Rap accouche dans les joutes verbales des jeunes américains du 20ème siècle, il y a comme pour Black M, une référence et une acculturation à une culture occidentale devenue leur destinée.

C’est d’ailleurs ici qu’il faut comprendre son blaz. Quand il naît, presque au lendemain du Noel 1984, Alpha Diallo n’a pas connu l’ennemi public N°1 de la France, Mesrines. Celui qu’on appelait « le Robin des bois français » des années 70 est une figure admirée par tous qui sont amoureux de cette France capable d’une générosité jusqu’à l’illégalité. Black Mesrimes sera donc son nom. Parce que ça rime !

Et vous n’aurez pas sa peau ! Les armes que vous utilisez sont encore celles de la vaine calomnie. Les mêmes que ceux qui avaient gravé dans le marbre de la loi que ses ancêtres étaient des « biens meubles ».

Vous avez échoué ! Vous avez échoué dans les plantations américaines. Vous avez failli dans les ghettos et les banlieues. Vous en avez eu beaucoup, c’est vrai, dans les champs d’Hévéa du Congo pour le caoutchouc de Léopold II. Mêmes vos tranchées, celles que vous avez creusé pour enterrer vos propres enfants sous le poids de votre folie conquérante, n’auront pas eu raison d’eux, ces guinéens venus tirailler vos ennemis. Vous avez même échoué à dresser vos enfants les uns contre les autres. Vous en avez fait, bien malgré vous, des Frères d’âme. Et même Verdun est une victoire. Pour eux ! Pour nous !

« Moi, enfant de la République, fier de l’être…Éduqué par la France, je suis français, né à Paris», voici ce que Black M écrit dans cette soirée du 13 mai. Cette même soirée (13 mai 2013) où un de vos amis, le député du Var, Jean-Sébastien Vialatte, fidèle à votre calomnie immanente, un soir de jouissance contrariée, déversera sur la France un tréfonds de diffamation en prétendant que « les casseurs sont des descendants d’esclaves ».

Et pourtant, là aussi « Même le crayon du bon dieu a une gomme », nous enseignera Aimé Césaire. Et vous prétendez pouvoir le bannir, le faire bannir ? Bannir un Black M! Vous croyez pouvoir le salir, salir son nom ?

Black M est son nom, retenez le ! Il continuera à hanter vos nuits, avec ses frères, ses sœurs, de toutes couleurs, leurs digues briseront tous vos artifices, votre haine et vous serez bien seuls dans une France qui a définitivement tourné le dos à votre psychose pour s’ouvrir aux racines de la Fraternité.

Karfa Sira Diallo

Publicité
1 Commentaire

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.