Connect with us

Guinée : Tierno Monénembo «j’ai toujours été dans l’opposition et je me suis opposé à tous les régimes»

Publié

Le

Près de soixante ans après le non de Sékou Touré face au général De Gaulle, président de la France d’alors, un écrivain guinéen a osé dire non à l’actuel président français, François Hollande. Mais cela n’a pas plu à certains Guinéens.

Mais ce n’est pas la première fois que Tierno Monénembo a essuyé les critiques les plus acerbes. En 2013, quand il a participé aux manifestations organisées par l’opposition, il a été vilipendé. Pourquoi c’est maintenant qu’on tente de dénier à l’écrivain guinéen ses droits, ses positions ? Pourtant, il a vécu en exil depuis plusieurs années pour s’être opposé à Sékou Touré et à Lansana Conté.

Dans une interview accordée à nos confrères de Guinée7 en décembre 2013 à Labé, l’écrivain avait dit clairement qu’il a toujours été dans l’opposition : «Tout le monde sait que je ne suis membre d’aucun parti politique, mais je peux me réclamer de l’opposition. Ceci dit, lorsqu’elle m’invite à une manifestation j’y vais. Je ne me cache pas. Je vais. J’apparais en public devant les caméras de télévision et devant les micros des radios. Donc je n’ai pas à me justifier là-dessus. J’ai toujours été dans l’opposition. Hier aussi au temps de Lansana Conté j’étais dans l’opposition et pour être clair je me suis opposé à tous les régimes qui se sont succédé. En ce moment encore il y avait un monsieur qui s’appelle Alpha Condé dans l’opposition. On se rencontrait et personne ne m’a accusé à cette époque-là d’être membre du RPG. J’insiste encore, j’ai toujours été dans l’opposition aux côtés d’un monsieur qui s’appelle Alpha Condé. Mais jamais un membre d’un parti politique.  Je ne comprends donc pas cette mauvaise foi. »

Pour Tierno Monénembo, c’est la littérature qui a sauvé l’humanité : «Je pense que la littérature est un contre-pouvoir dans le monde entier et dans tous les temps. C’est parce que les poètes et les écrivains ont ouvert leurs gueules, ont versé leur sang que la liberté a progressé dans la vie humaine. »

Puis il appuie son argumentation par des exemples : « Vous savez que la révolution française, c’est d’abord et avant tout les philosophes et les écrivains français. Sans Voltaire, sans Rousseau, sans Diderot… il n’y aurait jamais eu la révolution française. Ils se sont engagés sur le plan des idées, sur le plan du combat quotidien, du combat physique même. Lorsque les idées ou les sentiments sains et forts de l’écrivain rencontrent le peuple, personne ne peut résister. »

Très fidèle à ses convictions, le Prix Renaudot 2008 dénonce la manipulation politique dont sont victimes les Guinéens et il lance un message fort à ses détracteurs : «Vous savez qu’on est en Guinée. La manipulation politique c’est un travail usé jusqu’à la corde. Il est né dans le stalinisme en Union soviétique parce que tout ce qui s’est fait en Guinée c’est le reflet du communisme à Moscou ou le parti communiste français. Je n’ai pas peur. Ils n’ont qu’à aboyer 2000 ans durant, ça ne me gêne pas. Je sais exactement ce que je fais et quand je le fais c’est à visage découvert. Je suis un homme libre. »

Alors, les crapules peuvent se taire ou continuer à aboyer, mais la position de Tierno Monénembo ne fléchira pas.

Publicité
2 Commentaires

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.