Connect with us

Elections en Guinee : Mouvements de soutien, le nouveau système d’arnaque ?

Publié

Le

Depuis l’annonce du chronogramme électoral par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), fixant la date de l’élection présidentielle au 11 octobre 2015, les illusionnistes font recours à la satisfaction immédiate des souhaits ou des attentes du public cible, sans rechercher l’intérêt général, mais dans le but de s’attirer la sympathie et de gagner le soutien.

Ces funambules des deux bords politiques (opposition et mouvance) s’orientent vers un homme. L’un après l’autre, ils viennent discuter avec lui, comme des soldats orphelins à la recherche d’un recours. Cet homme, c’est bel et bien le leader du parti politique. Ils le rassurent de leur capacité de mobilisation.

C’est ainsi qu’ils partent vers les jeunes désœuvrés qui passent tout leur temps dans les bars-café ou d’autres espaces publics attendant généralement les circonstances électorales pour se faire entendre. Ces derniers sont mis à profit pour honorer leur combine.

Ces jeunes déboussolés les suivent comme un berger à qui son troupeau lui est cher dans un univers politique contaminé par l’argent facile.

Il n’y a pas que des jeunes, les cadres de l’Administration se trouvant dans la poubelle de l’histoire, seraient d’ores et déjà ‘’ré segmentés’’, puis ajoutés aux jeunes désœuvrés, sans aucune qualification, pour créer des mouvements de soutien dans le seul but de se faire de l’argent. Des mouvements qui ne sont jamais constants, ils sont au service de tous venants.

Un membre influent de la Société civile, qui a requis l’anonymat, dégage son constat : «J’ai été contacté  par un grand commis de l’Etat, dont je préfère taire le nom, qui m’a instruit en tant que membre influent de la Société civile, de m’organiser avec mes éléments pour créer un mouvement de soutien pour son candidat. Actuellement je suis en train de mobiliser les mouvements associatifs, les écouter et tirer une conclusion s’il le faut. En tout cas, 5 millions, voire 20 millions de francs guinéens ne me dérangent pas, si c’est l’argent il faut un gros montant, je donne un peu aux jeunes à défaut, un poste de responsabilités».

L’on se rappelle que du temps du général president,  Lansana Conté, les mêmes personnes étaient dans la même posture d’anarqueur.  A l’époque,  l’opposant Alpha Condé ne manquait de critique en estimation que c’est par ces mouvements que se volatilise les gros montants de la banque centrale dont feu Fodé Soumah en était la principale passerelle.
Où est donc passé le changement.  A toi de repondre . Tu ne prendras ma bouche pour croquer ton piment.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.