Connect with us

Guinée : voici pourquoi Fatou Badiar et AOB n’ont pas été graciés par Alpha Condé

Publié

Le

Le 24 décembre 2015, le président Alpha Condé a gracié 171 personnes, dont le vice-président de l’UFDG, Bah Oury. Fatou Badiar Diallo, Jean Guilavogui et Alpha Oumar Boffa Diallo (AOB) n’ont pas bénéficié de cette grâce présidentielle.

« Quand le président de la République m’a dit qu’il va exercer son droit de grâce qui est un  droit constitutionnel. Mon rôle en tant que ministre de la Justice c’est dire au président que je vais travailler avec mon cabinet pour lui proposer les gens à gracier sur des critères bien fixes. C’est ce qui s’est passé », a affirmé Me Cheick Sako, ministre de la Justice, garde des Sceaux, lors d’une conférence qu’il a animée le 13 janvier 2015 à Conakry.

Selon le ministre de la Justice guinéenne, au départ il n’y avait que quatre ou six personnes à gracier. Mais après la fixation des critères de grâce, l’équipe mise en place à cet effet est allée plus loin en touchant une grande partie des centres de détention du pays.

«Globalement, dit-il, il y avait à peu près quatre à six personnes. On a fixé un certain nombre de critères sur les types d’infractions. C’est-à-dire il faut distinguer les infractions de type criminel et les autres infractions. Donc type criminel et assimilé : crime de sang, incendie, viol. Il n’était pas envisageable que ces gens là puissent être graciés de façon légère. On les a exclus.»

Les autres critères concernent les peines prononcées et les peines purgées. Seront donc dans cette liste, ceux qui sont condamnés à cinq ans et ceux qui en ont purgé au moins la moitié.

« Ce sont donc des critères objectifs. Là aussi on ne fait pas de la philosophie. Ce sont des critères concrets. C’est sur la base de ces critères qu’on est arrivés à 171 personnes. Je rappelle que ce sont toutes les prisons qui ont été touchées. C’est pourquoi on est arrivés à 171», a-t-il expliqué.

En appliquant ces critères, Fatou Badiar Diallo, d’Almamy Aguibou Barry (condamnés à 15 ans),  Jean Guilavogui et Alpha Oumar Boffa Diallo, alias AOB (condamnés à la réclusion criminelle à perpétuité), ne pouvaient donc faire partie de ces graciés.

« Ceux qui étaient touchés par l’attaque du domicile du président de la République qui ont été arrêtés en 2011, là aussi il fallait faire une distinction entre ceux qui ont été condamnés à perpétuité, deux personnes, et les deux autres personnes à 15 ans. Les autres ont été condamnés à cinq ans.

Donc on a proposé au président de la République les noms de ceux qui ont été condamnés à cinq ans. On ne pouvait pas proposer les autres noms, parce qu’il fallait qu’on s’en tienne aux critères. Nonobstant l’impérium du président de la République. Ce qu’il a exercé d’ailleurs, puisque M. Bah Oury a été mis dans le lot par monsieur le président de la République », a conclu Me Cheick Sako.

Publicité
7 Commentaires

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.