Connect with us

Guinée : Echec des négociations pour l’ouverture des écoles ‘’La Citadelle’’, une mission turque attendue

Publié

Le

Les négociations pour l’ouverture des écoles ‘’La Citadelle’’ n’ont jusqu’à présent pas porté leur fruit. Le ministère de l’Enseignement pré-universitaire et de l’Alphabétisation serait à pied d’œuvre pour une reprise des cours dans ces écoles. Les responsables et les parents d’élèves de la Citadelle, eux se disent inquiets.

A une réunion tenue au ministère de l’Enseignement pré-universitaire samedi, en présence de la présidente du Conseil Économique et Social et de la FEGUIPAE (Fédération guinéenne des parents et amis de l’école), le ministre a annoncé l’ouverture des écoles  » La Citadelle  » le lundi 10 octobre 2016, mais sans le personnel turc. Une décision, dit-on, des autorités turques. Assimiou Tchedre, président des APEAE de ces écoles dit que cette décision n’est pas bien accueillie par les autorités guinéennes :  » On nous avait dit samedi que la Turquie était d’accord pour qu’on ouvre les écoles lundi mais sans les Turcs. Et le ministère en charge de l’Education a trouvé une inquiétude à cette décision qui concernerait la partie financière. Si on retire la gestion des écoles des mains de ces Turcs, qui va financer ensuite ces écoles ? C’est la grosse question que le ministère s’est posé…’’   

Les responsables en charge de l’Education se disent préoccupés par cette situation. Des efforts sont en train d’être fournis pour trouver une solution à ce problème, a expliqué Mamady Sidiki Camara, chargé de communication du ministère de l’Enseignement pré-universitaire :  » Beaucoup d’efforts ont été déjà fournis au point de trouver une solution à ce problème. Mais comme ce n’est pas une question banale comme le croient certains, qui engage deux Etats, il faut une solution diplomatique convenable pour les deux Etats  pour ne pas que cela compromette les relations d’amitié et de coopération entre ces deux pays…’’

Les parents d’élèves de ces écoles ne trouvent plus de place ailleurs pour inscrire leurs enfants, a affirmé Assimiou Tchedre : « Tout le monde recherche une école où il pourrait caser son enfant mais ce n’est pas facile. Beaucoup m’ont appelé hier pour me dire qu’ils ne trouvent plus de place dans les écoles qui leur conviennent pour l’éducation de leurs  enfants. Seulement quelques-uns qui n’ont pas attendu les négociations, ont pu avoir quelques places…’’  

Sur cette question de place, le responsable de la communication du ministère de l’Enseignement pré-universitaire s’est inscrit en faux : ‘’On veut me dire qu’il y a plus une possibilité de transfert à Conakry ou dans toute la Guinée ? Mais je dis non. S’il est question de faire transférer ces élèves, cela est bien possible. Il y a plein d’écoles dans Conakry et à l’intérieur du pays, même ce matin j’ai inscrit un enfant au Lycée 2 Octobre ici…’’

Au cours de cette réunion, la présidente du Conseil Économique et Social, Hadja Rabiatou Serah Diallo, s’est entretenue au téléphone avec l’ambassadrice de Turquie en Guinée qui affirme devoir à se référer avant de prendre une quelconque décision. Une délégation turque est attendue à Conakry le 17 octobre pour revoir ce problème avec les autorités guinéennes. C’est ce qu’a annoncé le chargé de communication du ministère de l’enseignement pré-universitaire. D’ici là, plus de 1000 élèves et 200 encadreurs guinéens se tournent les pouces.            

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité

GUINEE360 TV

Comments Box SVG iconsUsed for the like, share, comment, and reaction icons

This message is only visible to admins:
Unable to display Facebook posts

Error: Error validating access token: The user has not authorized application 1332798716823516.
Type: OAuthException
Code: 190
Subcode: 458
Click here to Troubleshoot.
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.