Connect with us

La CENI était préparée pour les élections communales, selon Hadja Biya

Publié

Le

Lors d’une conférence qu’elles ont animée le 13 mars, Hadja Biya Diallo et Hadja Fafa Baldé ont révélé que tout le travail fait par la CENI était d’abord d’organiser les élections communales. Et l’atelier de Kindia était organiser pour fixer le chronogramme des élections communales et présidentielle comme le dit l’intitulé des termes de référence des travaux de l’institution ‘’Atelier des opérations électorales en prélude des élections communales et présidentielle’’.

D’entrée de jeu, Hadja Fatoumata Biya Diallo, 2ème vice-présidente de la CENI, a rappelé qu’en mars 2014, un atelier s’est tenu à Kindia pour évaluer et capitaliser les élections législatives. Suite à cela, des missions techniques ont été déployées sur le terrain au mois de septembre 2014 et en janvier 2015. Puis, elle a rappelé que c’est dans ce cadre d’organisation des élections communales que la CENI a recruté un prestataire international, ICD Sarl, pour l’implémentation de toutes les corrections apportées sur le fichier électoral sur le site central de la CENI. C’est dans cette optiques de la tenue des élections communales qu’il y a eu l’amélioration de la cartographie des bureaux de vote ; l’impression des listes de mise à jour ; le recueil et la remontée des dernières réclamations de relocalisation des électeurs au site central par la société ICD. Mme Biya souligne que même le budget de ces élections communales avait été élaboré et validé dont une bonne partie avait été mise à disposition courant 2014.

«Il est donc clair, dit-elle, que notre travail à Kindia devait être uniquement axé à faire le chronogramme des élections communales et présidentielle. Malheureusement, force est de constater que le mode opératoire de la CENI a été en totale  contradiction avec toute déontologie d’un organe de gestion des élections dignes de ce nom. Aujourd’hui, des décisions prises ailleurs voudraient nous imposer un agenda caché. Ce que nous refusons catégoriquement quelque soit ce que cela va nous coûter».

Poursuivant son intervention, la 2ème vice-présidente de la CENI fait appel aux sapeurs-pompiers : « Il est temps que le peuple, le gouvernement, tous les acteurs du processus électoral notamment les partis politiques et la société civile réagissent pour arrêter l’hémorragie, sinon ce serait trop tard pour la Guinée

Il faut rappeler que l’opposition, pour dénoncer cette situation créée par la CENI, promet de répondre par des manifestations et désobéissances.

Publicité
Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.