Connect with us

Guinee : Kankan, la présidente de la CEPI dément l’enrôlement des enfants

Publié

Le

En prélude aux prochaines élections présidentielles du 11 octobre, la commission électorale nationale indépendante (CENI) a lancé le 24 avril dernier sur toute l’étendu du territoire national, la révision à titre exceptionnelle des listes électorales. 45 jours durant, A la faveur de la clôture de cette opération, la CENI a dépêchée, la semaine dernière une mission de travail à Kankan conduite par son vice-président, Elhadj Ibrahima Kalil Keita.

D’après nos informations, les opérations se sont déroulées dans la capitale de la savane avec quelques difficultés..  Des difficultés liées notamment au retard de paiement des émoluments et des primes, des petites pannes techniques, manque d’engouement au début des opérations, démarrage tardif de la révision dans les sous-préfectures de Moribaya et Mamouroudou à cause du retard accusé par les superviseurs des ces localités, la non maitrise de l’outil informatique par certains opérateurs de saisie. Ces difficultés ont été corrigées graduellement à la satisfaction de tous.

Aux dires de Mme Keita M’Balou Kaba, présidente de la commission électorale préfectorale indépendante (CEPI), du 24 avril au 8 juin dans la circonscription de Kankan, les opérations de révision des listes électorales se sont déroulées dans de bonnes conditions même si au début des difficultés avec les kits, notamment les groupes électrogènes, à la non maitrise de l’outil informatique par certains opérateurs. Mais au fur et à mesure ces problèmes ont été réglés. Mme Keita indique que les modalités de paiement des opérateurs de saisie n’ont pas été respectées. Puisque dans le contrat il a été dit que chaque opérateur devait recevoir 1 500 000 GNF chaque 15 jours de travail. Or, au jour d’aujourd’hui, ils n’ont reçu que la première tranche. C’est ce qui fait que dans certains endroits les opérateurs étant frustrés se sont découragés. Surtout ceux qui étaient dans des Sous-préfectures très éloigné tels que M’Boula, Mamouroudou où ils n’ont pas de parents et n’ayant aucun sous en poche le travail était vraiment difficile pour ces opérateurs.

A la question de savoir si des enfants ont été enrôlés à Kankan, elle insiste sur les dispositions du code électoral qui dit que tout citoyen n’ayant pas 18 ans et plus ne doit pas être enrôlé sur une liste électorale. Quand on regarde la composition d’une CARLE, poursuit-elle, il y a un représentant de l’opposition, un représentant de la mouvance sans oublier que le président de la CARLE est membre du démembrement de la CENI. Notre rôle dans le processus électoral, ajoute Mme Keita, c’est le respect strict des lois en la matière. L’enrôlement supposé  des enfants à Kankan n’est que de rumeurs puis qu’aucun parti politique évoluant à Kankan ne m’a saisie du problème ou montré une preuve.

Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Publicité
Publicité

Copyright © 2014-2019 GUINEE360.
Made with ❤️ in 🇬🇳 by FXBNO.